Sortir de l’hypnose « Coronacircus »

par Guillaume Basquin (son site)
lundi 19 octobre 2020

COVEXIT : sortir de la crise de la Covid-19 en traitant les malades et en laissant s’installer, doucement, l’immunité collective dans la population générale en âge de travailler ou étudier.

INSEE_mortalité2020_9mois {JPEG}

Comment sortir de ce qui ressemble de plus en plus à la plus grande hypnose collective depuis les grands totalitarismes du XXe siècle (fascisme et communisme) ? Informer. Toujours plus informer nos concitoyens, avec des faits, des chiffres et des statistiques mis en perspectives, des données, des comparaisons, etc.

Lutter sur tous les fronts (de l’intelligence). (Il faut créer 2 ou 3 Vietnam.)

Collectivement. (Avec les lanceurs d’alerte que sont : Ema Krusi, Silvano Trotta, Jean-Dominqiue Michel, Alexis Cossette, Daniel Pilon, Jean-Jacques Crèvecoeur, etc.)

Les dernières données de l’INSEE, et c’est heureux, en même temps que surprenant, (mais ignoré des « grands » médias — pourquoi ?), donnent entièrement raison au Pr. Didier Raoult : à la fin de l’année, la surmortalité sera (et sauf accident majeur d’ici fin décembre…) quasi invisible en France, après l’avoir été dans les Bouches-du-Rhône, comme le professeur l’a déjà montré 2 fois, dans ses vidéos hebdomadaires de l’IHU de Marseille. Voici, en un tableau récapitualtif, les dernières données de mortalité en France, à fin septembre 2020, sur 9 mois donc :

- 2018 : 481 262 décès ; 2019 : 480 363 décès ; 2020 : 481 747 décès

Soit une surmortalité, sur 9 mois, d’environ 900 personnes, et alors que la courbe des décès en France, et à cause de la démographie (Baby Boom, pyramides des âges, vieillissement de la population, etc.), est structurellement sur une pente ascendante depuis 20 ans. Serait-il possible qu’à la fin de 2020 on trouve moins de décès qu’attendus ? C’est tout à fait désormais du domaine du possible… Pari ? Prenons rendez-vous à début janvier…

(source INSEE : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4487861?sommaire=4487854)

Ce qu’il ressort de ces statistiques, c’est ceci :

- Il y a eu très peu de grippe cet hiver (sous-mortalité en période grippale hivernale (janvier et février), d’environ 8 000 têtes), puis dès la fin du moi de mai on a pu constater une diminution des décès d’environ 12 000 têtes, ce qui a quasi équilibré la surmortalité de 19 500 personnes de la période épidémique, qui n’a, stricto sensu, duré que 5 semaines, du 13 mars au 20 avril 2020 (voir le tableau de l’INSEE titré « INSEE_mortalité9mois_2020).

- Il semble donc que le virus dit SARS-CoV-2 a « fauché » les personnes fragiles et âgées (dans la plus grande majorité des cas, et surtout avec la trithérapie-Raoult) qui avaient été jusqu’alors épargnées par la « faiblesse » de la grippe cette année, et que tout à la fois, ces personnes, atteintes dans 90% (environ) des cas de co-morbidités, seraient de toute façon mortes dans les 6 mois suivants leurs décès survenus au coeur de l’épidémie.

- Nous sommes donc très loin de la « catastrophe sanitaire » annoncée par tous les gouvernants et relayée par tous les médias traditionnels, à longueur de journée, depuis maintenant 8 mois… Mais qui, qui annoncera cette Bonne Nouvelle, in fine ? apparemment, personne… car la peur doit s’installer… et régner… Pourquoi ? Mystère… Début de réponse avec Machiavel (in Le Prince) : « Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes. » 

Sortie de crise

Mais comment sortir de cette crise ?

1/ De nombreux épidémiologistes, parmi les meilleurs (citons sans ordre particulier MM. Laurent Toubiana (IRSAN, Paris), Jean-François Toussaint (Univ. de Paris, Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport (IRMES)), Knut Wittkowsli (Univ. Rockefeller), Pierre Charneau (Institut Psteur), Martin Kulldorff (Harvard), Jay Bhattacharya (Stanford) et enfin Mme Sunetra Gupta (Univ. d’Oxford), nous ont appris « ceci », qui est fondamental : de tous temps, l’humanité est sortie des épidémies de maladies à complications respiratoires par l’établissemnt d’une immunité collective, éventuellement aidée d’une vaccination ciblée mais jmais toutefois complètement satisfaisante. Refuser ce fait biologique, c’est comme refuser la gravité universelle, nous rappelel le Dr. Jay Bhattacharya de la Stanford University ! (Bonne chance…) C’est pourquoi les trois derniers chercheurs (et professeurs d’université) cités se sont rassemblé à Barrington, aux Etats-Unis, et ont fait une déclaration commune, La Déclaration de Barrington, en appelant à en finir avec les CONfinements et les lockdowns, trop destructeurs, aussi bien sur un plan économique et sociétal, que sur le strict plan sanitaire (confinements inefficaces, si commencés trop tard, ce qui fut le cas dans tous les pays occidentaux, selon de très nombreuses études maintenant), et à laisser s’insaller doucement, comme en Suède (où cela semble fonctionner, jusques ici), une immunisation collective de la société, tout en protégeant les personnes à risque et/ou fragiles. Ces 3 chercheurs ont laissé une trace de leur entrevue dans une vidéo de 32′ publiée par la chaîne « UnHerd », et relayée sur le blog de l’anthropologue suisse de la santé Jean-Dominique Michel : « Comment parvenir à l’immunité collective : la déclaration de Barrington« .

Le point-clé de cette déclaration est qu’on devrait laisser les jeunes et les adultes en âge de travailler (soit de moins de 60 ans) vivre une vie normale. En quelques mois, selon ces 3 spécialistes, l’immunité collective serait suffisante, et permettrait de bâtir une barrière immunitaire pour protéger nos aînés et notre population la plus fragile à ce virus. « L’immunité collective n’est pas une stratégie, mais un fait : la reconnaissance d’un FAIT biologique » (Dr. Bhattacharya).

2/ Le deuxième et non moins essentiel élément de stratégie pour sortir de cette crise sanitaire serait bien sûr de soigner les malades, avant que leurs symptômes ne s’aggravent ; ce que l’on semble ne toujours pas faire en France, et contrairement à de nombreux pays qui ont de bien meilleurs résultats que nous (Allemagne (soins à la vitamine C sous perfusion, hydroxychloroquine (HCQ, ensuite)), Portugal, Grèce et Maroc (HCQ), Australie (HCQ et ivermectine)). Une impresionnante méta-analyse révèle l’efficacité, en fait, du célèbre traitement-Raoult : « Global HCQ Use« . L’occultation de cette efficacité en traitement précoce, et selon les mots mêmes du désormais célèbre professeur marseillais, risque bien de devenir, dans un futur proche, le plus grand scandale sanitaire des Temps modernes… (Pour « raison » de corruption systémique dans le monde des Big Pharma (dire du Pr. Perrnne (hôpital de Garches), mais aussi de Jean-Dominique Michel) ? Qui vivra, verra…)

Un autre site témoigne de l’efficacité de divers traitements de la Covid-19 (outre la trithérapie du Dr. Raoult, on y mentionne un traitement très prometteur : l’ivermectine (antiparasitaire), largement utilisée en australie, avec d’excellents résultats). Ce site (bilingue français-anglais), très opportunément, se nomme COVEXIT. Scénario pour une sortie de crise ?

Evolution_Epidémie_Covid19 {PNG}

Source : Agoravox

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>