L’histoire méconnue de la naissance de la distanciation sociale

Un camarade, que nous appellerons « Gk Jilien » vient de faire un long travail de traduction afin de nous faire tous profiter d’un article du New York Times.

Profession-Gendarme le remercie vivement du travail accompli.

Pour ceux qui maitrisent la langue de Shakespeare voici le lien qui vous permettra de lire l’original de cet article qui date du 22 avril 2020 (cliquez sur l’image ci-dessous)

Capture d’écran 2020-08-04 à 17.49.30

image 2

L’idée apparaît de temps à autre depuis des siècles. Mais il a fallu un projet de recherche scientifique dans un lycée, George W. Bush, des leçons de l’Histoire, et des chercheurs déterminés pour convaincre les sceptiques et en faire une politique fédérale.

Le concept de distanciation sociale lors d’une pandémie existe depuis le Moyen Âge. Mais il a fallu surmonter de nombreux obstacles pour en faire une politique officielle de gestion de pandémie aux États-Unis.

Par Eric Lipton et Jennifer Steinhauer le 22 avril 2020, pour le NEW YORK TIMES
WASHINGTON – Il y a quatorze ans, deux médecins du gouvernement fédéral, Richard Hatchett et Carter Mecher, se sont réunis avec un collègue dans un fast-food de la banlieue de Washington pour l’examen final d’une proposition dont ils savaient qu’elle ne serait pas prise au sérieux: dire aux Américains de rester à la maison sans aller au travail ni à l’école la prochaine fois que le pays serait frappé par une pandémie mortelle.
Quand peu de temps après ils ont présenté leur plan, il a été accueilli avec scepticisme et considéré comme plutôt ridicule par les hauts fonctionnaires, qui, comme d’autres aux États-Unis, s’étaient habitués à compter sur l’industrie pharmaceutique et sa gamme toujours plus grande de nouveaux traitements pour faire face à des défis de santé en constante évolution.
Les docteurs Hatchett et Mecher proposaient au contraire que les Américains aient localement recours à l’auto-isolement, une pratique largement utilisée au Moyen-Âge.
La façon dont cette idée -issue d’une demande du président George W. Bush pour s’assurer que la nation soit mieux préparée pour la prochaine épidémie de maladie contagieuse- est devenue la principale référence de la politique nationale pour répondre à une pandémie, est l’une des histoires inédites de la crise actuelle du coronavirus.
Initialement, ses principaux promoteurs -le Dr Mecher, un physicien du Departement of Veterans (Ministère des Anciens Combattants), et le Dr Hatchett, un oncologue devenu conseiller à la Maison Blanche- ont eu à surmonter une très forte opposition.
Pour y faire face, ils ont mis leurs efforts en commun avec une équipe du ministère de la Défense affectée à un projet similaire.
Et leur réflexion prit des détours inattendus, y compris une exploration minutieuse de l’histoire de la grippe espagnole de 1918, et une découverte importante impulsée par le projet de recherche d’une lycéenne, qui était la fille d’un scientifique du Laboratoire National de Sandia.

Aujourd’hui, tout le monde s’est familiarisé avec le concept de distanciation sociale. Mais lorsqu’il a atteint la bureaucratie fédérale en 2006 et 2007, il a été considéré comme irréalisable, inutile et politiquement inacceptable.
«Au tout début, la réponse commençait par « fermez vos » et finissait par un synonyme grossier de « bouches »», a déclaré le Dr Howard Markel, qui dirige le Centre d’histoire de la médecine de l’Université du Michigan et qui a joué un rôle dans l’élaboration de cette politique en tant que membre de l’équipe de recherche du Pentagone. «C’était vraiment moche.»
Le Dr Mecher était là lorsque le Dr Hatchett a présenté aux experts du gouvernement en santé publique le plan qu’ensemble, avec le Dr Lisa M. Koonin du Centers for Disease Control and Prevention, ils avaient examiné autour d’un hamburger et d’une bière.
«Les gens ne pouvaient pas croire que la stratégie serait efficace, ni même réalisable», se rappelle le Dr Mecher.
Néanmoins, au sein de l’administration Bush, ils ont été encouragés à poursuivre leurs recherches et à faire confiance à la science. Et leurs arguments ont fini par convaincre.

En février 2007, le C.D.C (Center for Disease Control) a fait de leur approche -appelée bureaucratiquement une intervention non pharmaceutique, ou NPI- la politique officielle des Etats-Unis en matière de gestion de pandémie.
Suite à une ré-évaluation de cinq ans par l’administration Obama, la stratégie a été mise à jour dans un rapport officiel publié en 2017. Et après un long retard du gouvernement fédéral à cause du président Trump qui minimisait la menace de Covid-19, la maladie causée par le coronavirus, et ne tenait pas compte des avertissements à ce sujet de la part de son propre gouvernement, ce rapport a été utilisé pour encourager les États à instaurer eux-mêmes le confinement au fur et à mesure de l’augmentation dramatique des cas confirmés et des décès.

L’Initiative Bush

image 2Le président George W. Bush était préoccupé par la préparation à une pandémie après les attaques à l’anthrax et une épidémie de grippe aviaire. Il a appelé à l’action en 2005 dans un discours aux National Institutes of Health. Crédit … Matthew Cavanaugh / EPA

L’effort a commencé à l’été 2005 lorsque M. Bush, déjà préoccupé par le bioterrorisme après les attentats du 11 septembre 2001, a lu un livre sur le point de paraître, «The Great Influenza», de John M. Barry, sur l’épidémie de grippe espagnole de 1918.
L’inquiétude de M. Bush a été exacerbée par une série de nouvelles flambées de contagions causées par des maladies infectieuses transmises à l’homme par des oiseaux et d’autres animaux, notamment une épidémie de grippe aviaire cette année-là au Vietnam. Comme il n’y avait pas de vaccins contre ces nouvelles menaces, elles pouvaient se propager rapidement.
«Une pandémie ressemble beaucoup à un feu de forêt», a déclaré M. Bush dans un discours prononcé aux National Institute of Health. «S’il est pris en charge immédiatement, il se peut qu’il s’éteigne en causant des dégâts limités. Si on le laisse s’étendre, sans le détecter, il peut devenir un enfer et se propager rapidement au-delà de notre capacité à le contrôler».
Pour y réfléchir, l’administration Bush a désigné le Dr Hatchett, qui avait été conseiller en politique de défense biologique à la Maison Blanche, et le Dr Mecher, qui était le médecin des Anciens Combattants en Géorgie supervisant leurs soins dans le sud-est.
«Quelqu’un de la Maison Blanche est au téléphone», lui avait dit sa secrétaire à l’automne 2005, non sans une certaine incrédulité dans la voix, se souvient le Dr Mecher, alors âgé de 49 ans.
Médecin en soins intensifs, né à Chicago, connu pour son franc-parler, le Dr Mecher n’avait pratiquement aucune expérience en matière de politique pandémique. En fait, il a été recruté parce qu’ils avaient besoin de quelqu’un qui comprenne réellement comment fonctionnait un hôpital, a expliqué le Dr Rajeev Venkayya, qui était assistant spécial de M. Bush pour la défense biologique.
Le Dr Koonin, qui a travaillé sur la capacité d’anticipation et de préparation du C.D.C., a également joué un rôle clé.
«De nouveaux stratèges venus de l’extérieur», c’est ainsi que le Dr Venkayya, qui supervise désormais la production de vaccins chez Takeda, une société pharmaceutique basée au Japon, a décrit ce qu’il recherchait.

Les liens sociaux

Dès le début, les chercheurs ont constaté que les écoles étaient un environnement idéal pour propager la maladie. Ici, des membres de la Garde Nationale désinfectent le Centre communautaire juif de Mid-Westchester à Scarsdale, N.Y. crédit … Andrew Seng pour le New York Times

Compte tenu du danger accru des nouvelles souches de grippe et du fait que les médicaments antiviraux existants comme le Tamiflu n’étaient pas efficaces contre toutes les maladies contagieuses, les docteurs Hatchett et Mecher, avec leur équipe, ont décidé de réfléchir à d’autres moyens de lutter contre une contagion générale.
C’est à peu près à cette époque que le Dr Mecher a eu connaissance des travaux de Robert J. Glass, un scientifique de renom du Laboratoire National de Sandia au Nouveau-Mexique, qui s’était spécialisé dans l’élaboration d’algorithmes avancés pour expliquer le fonctionnement des systèmes complexes -et prévoir les causes de disfonctionnements catastrophiques.
La fille du Dr Glass, Laura, alors âgée de 14 ans, avait réalisé un projet de classe pour lequel elle avait construit un modèle informatique de réseau social dans son lycée d’Albuquerque, et lorsque le Dr Glass l’a vu, ce projet l’a intrigué.
Les étudiants étaient si étroitement liés les uns aux autres -dans les réseaux sociaux, dans les bus scolaires et dans les salles de classe- qu’ils étaient un vecteur presque parfait pour la propagation d’une maladie contagieuse.
Le Dr Glass s’est appuyé sur le travail de sa fille pour étudier avec elle quel effet la rupture de ces réseaux aurait sur l’élimination de la maladie.

Le résultat de leurs recherches fut surprenant. En fermant les écoles dans une ville hypothétique de 10 000 habitants, seulement 500 personnes sont tombées malades. Si elles restaient ouvertes, la moitié de la population serait infectée.
«C’est fantastique, nous pourrions utiliser ses résultats et en faire la base de notre travail», se souvient avoir pensé le Dr Glass. Il a repris les données préliminaires et les a approfondies grâce aux supercalculateurs du Laboratoire National de Sandia, plus généralement utilisés pour concevoir des armes nucléaires. (le projet de la fille du Dr Glass était inscrit au concours de l’Intel International Science and Engineering de 2006.)

Dr Carter Mecher, au centre au premier plan, et l’équipe qui l’a aidé à développer les directives de distanciation sociale Crédit … via Carter Mecher

Le Dr Mecher a été étonné quand il a reçu les résultats à son bureau à Washington.
Effectivement, si les villes fermaient leurs écoles publiques, selon les données, la propagation d’une maladie serait considérablement ralentie, faisant de cette décision la plus importante peut-être de toutes les options de distanciation sociale envisagées.
«Des stratégies ciblées de distanciation sociale peuvent être conçues pour limiter efficacement la progression locale d’une pandémie de grippe sans utiliser de vaccin ou de médicaments antiviraux», a conclu une étude que le Dr Glass a publiée dans la revue Emerging Infectious Diseases. C’est alors que Laura, lycéenne, obtint une bourse pour son projet de recherche.
Les docteurs Hatchett, Mecher, et leur équipe se sont rapidement retrouvés à mesurer la largeur standart des sièges des autobus scolaires et la taille moyenne des salles de classe aux États-Unis, calculant à quel point les élèves étaient rapprochés et convenant que tout plan devrait prévoir la fermeture des écoles.
Dans le même temps, ils tâchaient de répondre à la question cruciale de l’anticipation: si un gouvernement misait sur l’instrument brutal de la distanciation sociale pour empêcher un nombre incalculable de morts, à quel moment devrait-il le faire?

Une leçon du passé

Saint-Louis, en 1918 lors de l’épidémie de grippe espagnole. Les chercheurs ont tiré de précieuses leçons de la gestion de l’épidémie dans cette ville.

Le Dr Markel avait passé sa carrière à étudier les épidémies de maladies contagieuses. Récemment, il avait travaillé sur une mission similaire du Pentagone, dont la préoccupation était plus ciblée mais tout aussi urgente: la vulnérabilité du personnel militaire américain face à une menace virale.
L’Asie a été frappée en 2005 par une grippe aviaire qui s’est transmise à l’homme et s’est propagée dans des zones où étaient stationnées des forces armées états-uniennes, y compris aux Philippines. Cela a conduit le Dr Markel à proposer -après avoir consulté un dictionnaire et un Thésaurus- ce qu’il a appelé la «séquestration protectrice», consistant à maintenir le personnel militaire en isolement massif sur des navires à quai.
La grippe aviaire, bien que souvent mortelle, a rapidement cessé de se transmettre à l’homme, et les mesures qu’il proposait n’étaient plus nécessaires. Mais ses travaux l’ont amené à réfléchir à la nécessité d’un plan d’isolement à grande échelle pour les États-Unis.
En 2004, le Dr Markel avait publié un livre, «When Germs Travel», qui étudiait six épidémies majeures depuis 1900 et la façon dont elles avaient traversé les États-Unis. Il a décidé de travailler avec le Dr Martin S. Cetron, directeur de la section de quarantaine du C.D.C, pour examiner de plus près les leçons de la grippe espagnole de 1918.

La recherche a commencé par la ville de Saint-Louis, qui avait agi assez rapidement pour éviter la propagation de la grippe, et puis celle de Philadelphie, qui a attendu beaucoup plus longtemps et en a beaucoup plus souffert.
Les autorités de Philadelphie, ne voulant pas laisser la grippe perturber la vie quotidienne, ont maintenu en septembre 1918 un défilé prévu de longue date qui a attiré des centaines de milliers de spectateurs en soutien à l’effort de guerre.
À Saint-Louis, en revanche, le responsable de la santé publique à la mairie a rapidement pris les dispositions pour fermer les écoles, les églises, les théâtres, les salons, interdire les événements sportifs et fermer tous les lieux de rassemblements publics.
Le Dr Markel et son équipe ont entrepris de confirmer à quel point le timing avait joué un rôle important dans la réduction du nombre de décès. Ils ont rassemblé des registres et des milliers d’autres documents recensant de manière détaillée la date de la première infection, le premier décès, les premières politiques de distanciation sociale et combien de temps elles avaient été maintenues dans 43 villes américaines.
De son côté, le Dr Mecher et son équipe se sont penchés sur le cas de 17 villes, en utilisant diverses sources d’informations, dont des coupures de journaux.
Les deux équipes sont arrivées à la même conclusion et les ont publiées dans des articles à quelques mois d’intervalle en 2007. Elles ont déterminé qu’une action précoce et agressive pour limiter les interactions sociales, comprenant une série de mesures telles que la fermeture des écoles ou l’interdiction des rassemblements publics, était essentielle pour limiter le nombre de morts.
«C’est comme traiter des patients victimes d’une crise cardiaque», a déclaré le Dr Mecher. «Le timing compte.»

Les enjeux élevés de la confrontation

Le Dr D.A. Henderson, qui avait été un chef de file de l’effort international pour éradiquer la variole, a d’abord critiqué le plan de distanciation sociale.
Crédit … Mark F. Sypher / Roll Call, via Getty Images

Après des décennies d’avancées grâce aux sociétés pharmaceutiques nationales -trouver des traitements ou des vaccins pour les maladies graves, y compris le SIDA et la variole- au début du XXIème siècle les Américains se considéraient en droit de disposer d’un remède pour toute maladie, quelle qu’elle soit. Enfermer sa famille à l’intérieur de sa maison semblait arriéré, tout comme encourager les gens à ne pas aller travailler semblait désastreux économiquement.
L’idée de légiférer pour limiter les rassemblements ou les évènements publics a également été considérée pendant longtemps comme contestable sur le plan juridique et éthique.
Le scepticisme, considérable parmi les responsables locaux, les experts en santé publique et les décideurs à Washington, n’était donc pas surprenant.
Le Dr D.A. Henderson, qui avait été le chef de file de l’effort international d’éradication de la variole et avait été désigné par M. Bush pour aider à superviser les efforts de défense biologique du pays après les attaques terroristes de 2001, a émis des critiques particulièrement virulentes.
Le Dr Henderson était convaincu que cela n’avait aucun sens de fermer les écoles ou stopper les rassemblements publics par la force. Les adolescents s’échapperaient de leurs maisons pour aller au centre commercial. Les programmes de cantines scolaires fermeraient et les enfants pauvres n’auraient plus assez à manger. Ce serait vraiment très compliqué d’aller travailler pour le personnel hospitalier si leurs enfants étaient à la maison.

Les mesures auxquelles adhéraient les docteurs Mecher et Hatchett «entraîneraient une perturbation importante du fonctionnement social des communautés, et potentiellement de graves problèmes économiques», a écrit le Dr Henderson dans son propre article universitaire en réponse à leurs idées.
La solution, a-t-il insisté, était d’affronter la pandémie: la laisser se propager, prendre en charge les personnes qui tomberaient malades, et travailler rapidement pour mettre au point un vaccin afin de l’empêcher de revenir.
Face à ces deux choix contradictoires, les responsables du C.D.C ont décidé de mener plus de recherches et d’effectuer un sondage national auprès des représentants des diverses communautés à travers le pays.
L’administration s’est finalement rangée du côté des partisans de la distanciation sociale et des fermetures -bien que leur victoire ait été peu remarquée en dehors des cercles de santé publique. Leur politique allait devenir la base de la planification gouvernementale et allait être utilisée de façon extensive dans les simulations réalisées pour se préparer aux pandémies, et fut appliquée partiellement en 2009 lors de l’épidémie de grippe H1N1.
Puis en 2020 le coronavirus est arrivé et le plan a été mis en oeuvre dans tout le pays pour la première fois.
Le Dr Mecher a joué un rôle clé dans une chaîne de communication par courrier électronique appelée «Red Dawn» («Aube Rouge») d’experts en santé publique, en lançant des alertes dès le début de l’année à propos de l’épidémie de coronavirus et de la réticence de M. Trump à accepter les fermetures et la distanciation sociale. Dans la pratique, il s’avère que l’arrêt de l’économie va bien au-delà de ce que le Dr Mecher et les autres avaient préconisé. Il n’y a pas eu assez de tests et certains États ont émis des ordonnances de distanciation sociale avant même d’avoir confirmation que le coronavirus se propageait à l’intérieur de leurs frontières.
Le Dr Markel a qualifié de «très gratifiant de voir notre travail utilisé pour aider à sauver des vies». Mais, a-t-il ajouté, «c’est aussi horrible.»
«Nous avons toujours su que cela serait appliqué dans les pires scénarios», a-t-il déclaré. «Même lorsque vous travaillez sur des concepts dystopiques, vous espérez toujours qu’il ne sera jamais utilisé.»

Eric Lipton est un journaliste d’investigation basé à Washington. Trois fois lauréat du prix Pulitzer, il a auparavant travaillé au Washington Post et au Hartford Courant. @EricLiptonNYT
Jennifer Steinhauer est journaliste pour le New York Times depuis 1994. Elle a travaillé au bureau Metro, Business et National, et a été chef du bureau de l’hôtel de ville et chef du bureau de Los Angeles avant de déménager à Washington en 2010. Elle est l’auteur de un roman, deux livres de cuisine et le prochain livre « The Firsts », l’histoire des femmes du 116e Congrès. @jestei

Une version de cet article est parue en version imprimée le 23 avril 2020, section A, page 1 de l’édition de New York avec ce titre: L’histoire de l’origine de la distance sociale: elle commence au Moyen Âge.

Source : Capture d’écran 2020-08-04 à 17.49.30  Traduction de  Gk Jilien

What do you want to do ?

New mail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>