La Banque mondiale et le FMI offrent des pots-de-vin et des conditions aux gouvernements pour imposer un verrouillage extrême

D’énormes prêts étrangers sont accordés à des nations souveraines par la Banque mondiale, le FMI, etc. Mais les conditions liées à ces prêts sont rarement communiquées par les gouvernements à leurs citoyens. Un cas récent en Biélorussie a révélé les conditions posées par ces agences pour l’octroi de prêts pour le COVID-19.

Le président de la République de Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a fourni des informations solides sur le fonctionnement de l’action contre le coronavirus. Il a déclaré lors d’une conférence de presse avoir reçu une offre monétaire importante de 92 millions de dollars de la part de l’Organisation mondiale de la santé pour prendre des mesures d’urgence, de verrouillage ou de « distanciation sociale » dans son pays. Il était censé fermer tout le pays sur l’exemple de la façon dont les Italiens l’ont fait.

Lorsque Loukachenko n’a pas accepté ce montant, il a reçu une autre offre, cette fois pour plus de 900 millions de dollars du Fonds monétaire international, avec la même demande : tout fermer et faire comme en Italie. Pour la Biélorussie, des conditions supplémentaires qui ne sont pas liées à la partie financière qui lui est imposée avec des prêts extérieurs sont inacceptables. Cette opinion a été exprimée par le président biélorusse Alexander Lukashenko lors d’une réunion le 19 juin dernier sur les mesures de soutien du secteur réel de l’économie par le système bancaire.

Alexander Loukachenko a interrogé les participants à la réunion sur l’état des choses concernant l’octroi d’une aide au crédit étranger au Bélarus. « Qu’est-ce que nos partenaires exigent de nous ? Il a été annoncé la possibilité de fournir au Bélarus 940 millions de dollars du prétendu financement rapide. Comment ce problème est-il résolu ? » a demandé le chef de l’Etat.

Dans le même temps, Loukachenko a souligné que des conditions supplémentaires qui ne s’appliquent pas à la partie financière sont inacceptables pour le pays. « Des exigences apparaissent : vous, disent-ils, dans la lutte contre le coronavirus en Biélorussie, faites comme en Italie. Je ne veux pas, Dieu m’en garde, je ne veux pas répéter la situation en Biélorussie comme en Italie. Nous avons notre propre pays et notre propre situation », a déclaré Alexander Loukachenka.

La Banque mondiale s’intéresse à l’expérience du Bélarus dans la lutte contre le coronavirus, selon le président. « Elle est prête à nous financer dix fois plus qu’ils ne nous ont offert initialement en guise d’éloge pour notre lutte efficace contre ce virus. La Banque mondiale a même demandé au ministère de la Santé de partager l’expérience. Pendant ce temps, le FMI continue de nous demander des mesures de quarantaine, l’isolement, un couvre-feu. Ça n’a pas de sens. Nous ne danserons sur l’air de personne. » dit le Président.

L’écrivain, chroniqueur et éditeur Nicola Bizzi écrit dans le média italien Database Italia :

« Je sais par des sources de renseignement que des offres similaires ont été faites à de nombreux autres pays européens et pas seulement à des pays européens. Et je sais aussi que de nombreux chefs d’État ou de gouvernement, dont le président de la Serbie Aleksandar Vučić, n’ont pas hésité un instant à les accepter. La logique veut donc que l’Italie (qui, nous le savons bien, a toujours joué le rôle de pilote modèle tout au long de ce drame) aurait pu avoir une offre somptueuse à cet égard et, connaissant bien la mentalité de nos politiciens, je doute fermement qu’il n’a pas été accepté. »

Cette information est confirmée par l’agence biélorusse « Belarusian Telegraph Agency », BelTA (www.belta.by). Le journaliste polonais, Robert Brzoza, se pose des questions, émet des hypothèses incroyables et fait le constat suivant :

  • Le président Loukachenko révèle l’action du coronavirus.
  • L’Organisation mondiale de la santé offre un pot-de-vin pour la fermeture du Bélarus. Qu’est-ce qu’un crime ?
  • Le FMI propose un autre pot-de-vin pour la fermeture de la Biélorussie. Qu’est-ce qu’un crime ?
  • De nombreux pays d’Europe et du monde ont reçu de telles offres.
  • Probablement tous les gouvernements qui ont fermé leur pays ont profité du pot-de-vin.
  • L’Italie est devenue un spectacle pour le monde entier, elle était censée être un exemple pour les gouvernements des pays sur la façon de procéder à un verrouillage (interdiction de sortie).
  • Des pots-de-vin individuels ont-ils également été offerts ?
  • Le président Loukachenko ne discute pas de ce sujet.
  • Et la Pologne ? Le gouvernement “Droit et justice” (en polonais : Prawo i Sprawiedliwość, PiS) a-t-il accepté les finances et fermé le pays ?

La Biélorussie est l’un des seuls pays européens à ne pas avoir mis en œuvre de mesures strictes de confinement des coronavirus. La situation de non-restriction est telle que même les services non essentiels restent ouverts. La ligue de football de Biélorussie est toujours jouée. La seule mesure restrictive que la Biélorussie a prise jusqu’à présent est que les vacances scolaires ont été prolongées.

 Lire la suite :  Guy Boulianne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>