Journalistes : Macron promet des sanctions contre les policiers «qui ont perpétré des violences»

5ccc3d9a488c7b840d8b4567© NICOLAS TUCAT Source: AFP

Emmanuel Macron salue des policiers au sortir de la préfecture de Gironde à Bordeaux le 1er mars (image d’illustration).

Vrai changement de méthode ou effet d’annonce ? Emmanuel Macron a reçu le secrétaire général de Reporters sans frontières et lui aurait promis qu’il suivrait de près le dossier des débordements liés au maintien de l’ordre visant des journalistes.

Le président de la République française a rencontré le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), Christophe Deloire, pour discuter d’un chiffre : selon cette association «au moins 90 violences policières ont été constatées» contre la presse depuis le début du mouvement des Gilets jaunes.

Le 3 mai, le secrétaire général de RSF a ainsi relaté son entretien avec Emmanuel Macron : «On a fait passer clairement le message, le président a dit qu’il ne se contenterait pas de faire passer un message au ministre de l’Intérieur.» Emmanuel Macron se serait engagé à ce que des «actions soient prises» et aurait assuré qu’il «suivrait le dossier».

Selon Christophe Deloire, ces accidents de maintien de l’ordre sont «notamment le fait de brigades anti-criminalité [BAC], elles ne sont pour l’essentiel pas le fait des forces habituées au maintien de l’ordre» et de préciser : «Il est essentiel que des ordres soient passés et que soient sanctionnés ceux qui ont perpétré des violences délibérées.»

Selon les informations de FranceInfo, l’Elysée aurait confirmé qu’«Emmanuel Macron suivait ça de très près et qu’il suivrait le dossier aussi dans un avenir proche.»

La pression des syndicats de la presse s’est récemment accentuée : le SNJ, le SNJ-CGT et la CFDT-Journalistes ont ainsi réclamé «l’engagement» du gouvernement pour «que cessent ces attaques contre les libertés constitutionnelles que sont la liberté d’informer et d’être informé».

Le gouvernement osera-t-il sanctionner les policiers ?

Des sanctions vont-elles prochainement tomber sur les policiers reconnus coupables de débordements en manifestation ? Un geste en ce sens pourrait avoir des conséquences sur la qualité des relations entre les grands syndicats de police et le ministère de l’Intérieur. Les policiers de terrain, et plus particulièrement les effectifs des BAC, des Compagnies républicaines de sécurité (CRS) et des compagnies d’intervention, très sollicités par leur employeur depuis la crise sociale des Gilets jaunes, pourraient également se sentir lâchés par le gouvernement, après qu’il leur a pourtant été demandé de maintenir l’ordre pendant 24 actes et le 1er Mai, parfois avec des ordres contradictoires, ainsi que l’ont confié des policiers associatifs à RT France.

Le burn-out et son funeste corollaire, le suicide, deviennent également des sujets très récurrents au sein des forces de sécurité intérieure et plusieurs collectifs. Le 25 avril, 48 des 61 fonctionnaires de la compagnie CRS 51, basée à Saran, près d’Orléans, se sont mis en arrêt de travail alors qu’ils étaient censés assurer une mission de sécurisation dans le quartier de Joué-lès-Tours, où étaient attendus les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa et Laurent Nunez.

Le 21 mars, un policier du Collectif autonome des policiers d’Ile-de-France avait vu juste et confiait justement à RT France : «Qui devra assumer les conséquences en cas de blessure grave d’un casseur ou d’un manifestant ? La nouvelle doctrine, c’est quoi ? C’est de leur rentrer dedans ? On a des flics frustrés, fatigués et qu’on incite souvent à se désengager et à fuir même… Alors la réplique de fermeté du gouvernement, elle est à double-tranchant pour nous ; nous, les policiers, il va falloir que nous fassions plus attention que jamais, parce que si nous sommes inquiétés par l’IGPN [Inspection générale de la police nationale], le ministre de l’Intérieur ne sera pas là pour nous tenir la main. Le fonctionnaire concerné sera tout seul.»

Lire aussi : Une association policière lance l’alerte : «Les grenades sont dangereuses, nos LBD sont dangereux»

Source : RT France

 

Collègue, cela fait maintenant plus de quatre mois que nous te mettons en garde sur les conséquences que certains d’entre nous verront s’abattre, tel un couperet.
Ces opérations de rétablissement de l’ordre ne peuvent être effectuées sans casse ni pétages de plomb face aux innombrables provocations et violences que nous subissons depuis plus de cinq mois. Sans parler des ordres inadmissibles qui ont pu être donnés par des autorités dépassées et /ou tordues du bulbe.
Ta responsabilité sera engagée dans un acte répréhensible que tu aura commis. Dehors, face aux gilets jaunes et autres Black Blocs, vous êtes ensemble dans le combat.
Dans le bureau, face aux #boeufscarotte de l’#IGPN, face au juge, tu seras seul !!
Le collégial de la voie publique laissera la place à l’individualité de l’enquête administrative ou judiciaire. Et tu le sais…
Puisque les journalistes estiment à leur tour être victimes de violences policières, puisqu’il ne s’agit plus seulement de manifestants gilets jaunes qui mériteraient de se faire matraquer par le pouvoir politique, rends-toi compte que ce dernier cherchera et trouvera les lampistes au sein des #fdo, pour l’exemple.
C’est aussi sans compter avec les procédures administratives et judiciaires en cours qui ne manqueront pas de sonner et enfoncer les collègues concernés.
Les suites de ces enquêtes, bien qu’étant lentes, viendront. Le plus tard sera le mieux pour le pouvoir politique, pour les autorités préfectorales, et même les 3 #syndicatsdepolice majoritaires qui n’osent envisager l’explosion d’une gronde policière. Quelle sera la réaction des troupes quand ledit couperet passera à l’action ?
Nous craignions cette spirale de violences et de fatigue qui se confirme. Nous envisagions le ras le bol des troupes, si tardif soit-il.
Collègue, faut-il attendre les premières sanctions pour que tu prennes conscience du danger que ceux d’en haut te font courir ?
Les #organisationssyndicalespolice majoritaires et dociles sont prises de panique face aux mensonges politiques et à la colère grandissante des forces. Vont-elles enfin se bouger le cul !? Nous les attendons, les trois frères qui ne veulent ni voir ni entendre.
La facilité qui consiste à montrer les crocs et à se laisser enfler dans la foulée ne perdurera pas, messieurs !
Vous êtes tenus responsables de l’état physique et psychologique dans lequel se trouvent nos collègues qui, l’un après l’autre, se mettent aux arrêts, exténués et dégoûtés.
#Droitderetrait ?
@#RTFrance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>