Italie – Le procureur inculpe trois médecins, dont celui qui a fait la deuxième injection.

Italie 🇮🇹 Un ado de 14 ans meurt à la suite de sa deuxième injection de pseudo vaccin contre le Covid-19.

Le procureur inculpe trois médecins, dont celui qui a fait la deuxième injection.

La responsabilité personnelle des médecins va commencer à en faire palpiter certains.

Avis aux médecins de chez nous qui se font les promoteurs inconditionnels de cette expérimentation aux graves effets secondaires ! Votre tour viendra. La dictature sanitaire ne vous protégera pas éternellement. Il faudra rendre des comptes.

l’affaire de bari, le parquet de lecce ouvre une enquête pour homicide involontaire

Deuxième vaccin, mort à l’âge de 14 ans

Trois médecins font l’objet d’une enquête, dont celui qui a inoculé la deuxième dose

A lire également :

Deux jours après le vaccin, l’enfant de 14 ans tombe dans le coma puis meurt à l’hôpital. Enquête ouverte

Di Redazione14 Settembre 2021 13:10Cronaca

Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur la mort d’une jeune fille de 14 ans vivant à Ruffano, mais d’origine marocaine. L’adolescente, qui est tombée dans le coma deux jours après avoir reçu la deuxième dose du vaccin anti-Covid de Pfizer, est décédée à l’hôpital pour enfants Giovanni XXIII de Bari, où elle avait été emmenée par le cardinal Panico de Tricase lorsque son état clinique s’est aggravé.

L’autorité sanitaire locale a ordonné une autopsie pour vérifier la cause du décès. L’examen sera effectué dans les prochaines heures et ce n’est que lorsque les conclusions médico-légales seront présentées au parquet, Donatina Buffelli, que le PM décidera d’ordonner ou non des investigations supplémentaires, comme le demande la plainte déposée par le père de la jeune fille, par l’intermédiaire de son avocat Pasquale Scorrano.
Les faits

La jeune fille a reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer le 17 août. Le lendemain, le 18, elle s’est plainte de malaises et de douleurs, qui étaient intenses. En conséquence, elle a reçu la visite d’un médecin qui a constaté un gonflement de son œil. Le 19 août, dans la matinée, elle s’est rendue à l’hôpital de Tricase pour un examen des yeux et un scanner, qui n’ont révélé aucun problème particulier. Un second scanner dans l’après-midi a révélé la présence d’une tumeur.

Cependant, la santé de la jeune fille s’est détériorée et elle a sombré dans un coma irréversible. Le lendemain, le 20, elle a été transférée au service de soins intensifs de l’hôpital Giovanni XXIII de Bari, où elle est décédée hier matin.

Selon le personnel médical de l’hôpital de Bari, le décès est dû à une forme de méningite. Cependant, les membres de la famille ont des doutes à ce sujet, car la jeune fille avait été vaccinée.

Le père de la jeune fille de 14 ans demande que la lumière soit faite et qu’une éventuelle corrélation soit établie entre la dégradation de l’état de santé de la jeune fille (jusqu’à son décès) et l’administration du vaccin anti-covidien.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source : Lecce News24

Lire aussi :

Un enfant de 14 ans meurt d’une méningite. Ouverture d’une enquête sur un lien possible avec le vaccin Covid

14 Settembre 2021 – 18:38 Redazione Cronaca, Evidenza

RUFFANO- Elle était tombée dans le coma deux jours après l’administration de la deuxième dose du vaccin Covid, qui a eu lieu le 17 août de l’année dernière. Une jeune fille de 14 ans originaire de Ruffano, qui avait été admise au service de soins intensifs de l’hôpital pour enfants de Bari, est décédée au cours des dernières heures. Les parents, assistés de l’avocat Pasquale Scorrano, ont déposé une plainte auprès du parquet de Lecce, demandant au procureur de pratiquer une autopsie pour établir une éventuelle corrélation entre le décès et la vaccination. Le dossier est actuellement ouvert à l’encontre de personnes inconnues et le procureur de la République, Donatina Buffelli, n’a pas ordonné d’autopsie, car elle ne voit aucune preuve de responsabilité pénale de la part des médecins, mais s’est réservé le droit d’acquérir toute la documentation nécessaire pour reconstituer l’histoire. Quoi qu’il en soit, l’hôpital a déjà informé la famille qu’il avait ordonné une enquête interne pour déterminer les causes du décès. Une autopsie sera pratiquée dans les prochains jours, à laquelle participera également un consultant.

Dans la déclaration déposée auprès du ministère public, la séquence des événements a été décrite : la jeune fille de 14 ans a reçu la première dose du vaccin Pfizer le 22 juillet et la seconde le 17 août à Casarano. Dans la nuit du 17 au 18 août, la jeune fille de 14 ans a commencé à se sentir mal et avait une bosse à l’œil droit. Les parents se sont rendus au cabinet du médecin, qui lui a conseillé de se rendre à l’hôpital le 19 août à Tricase. Là, a reconstitué l’avocat, elle a subi un scanner et une forme de carcinome a été trouvée sur sa tête, une tumeur pour laquelle des examens complémentaires ont été demandés, mais la jeune fille est immédiatement tombée dans un coma irréversible et le 20 août elle a été transférée à l’hôpital pour enfants de Bari où les médecins ont diagnostiqué une forme de méningite. Le décès est survenu lundi à 13 heures.

La famille, par l’intermédiaire de son avocat, a demandé les dossiers médicaux et veut aller au fond des choses : elle attend maintenant les résultats des tests infectieux et des diagnostics complémentaires pour comprendre si, au-delà du lien temporel étroit, il existe un lien de cause à effet avec l’administration du vaccin ou si ses effets secondaires ont seulement contribué à mettre en évidence une maladie préexistante.

Entre-temps, la communauté de Ruffano s’est ralliée à la famille, qui est d’origine marocaine mais vit à Salento depuis de nombreuses années : la jeune fille de 14 ans, première d’une fratrie de trois, est née et a grandi dans cette ville et était prête à entamer sa première année de lycée.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source : TrNews.it

En France aussi nous avons aussi notre lot de drames identiques que NOS médias “Mainstream” se gardent de publier…

Laure Gonlézamarres@LaureGonlezamarJ’ajoute ce screen de FB qui date du 24 septembre à 16h (donc posté à 13h) : il y aurait eu une autopsie. Info à confirmer.


TEMOIGNAGE. Narbonne : «Mon fils de 18 ans a failli mourir d’une myocardite après sa première dose de vaccin anti covid»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *