Bilan des politiques sanitaires internationales anti Covid19. Confinement toxique, chloroquine efficace

1597809870

L’épidémie Covid19 est pratiquement terminée en Europe, au Moyen-Orient et en extrême Orient. Un bilan chiffré peut donc en être dressé dans ces régions. Pour éviter toute polémique nous citerons uniquement les données objectives tirées des chiffres bruts du 13 8 2020 publiés par l’OMS [1] et des commentaires d’officiels de la santé.

Evaluation globale des politiques sanitaires

La mortalité Covid19 par million d’habitant constitue le critère le plus pertinent pour juger de l’efficacité globale d’une politique de santé.

Sur les 192 membres actuels de l’OMS, les quatre grands pays européens adeptes du confinement aveugle (Italie, Espagne, Belgique et France) font partie des 10 pays souffrant de la mortalité directe par Covid19 la plus élevée au monde : 854/M en Belgique, 687/M en Grande Bretagne,611/M en Espagne,582 en Italie,571/M en Suède, 493/M aux USA, et 464/M en France.

A l’opposé, les pays qui comptabilisent le moins de morts attribuées au Covid19 sont essentiellement ceux qui ont pratiqué des dépistages, des quarantaines ciblées et/ou largement utilisé la chloroquine : Islande[2] (30/M), Maroc[3] (15/M), Sénégal[4] (14/M), Grèce[5] (11,6), Corée[6] (6/M), Japon[7] (8,4/M), Cuba[8] (7,7/M), Nigéria[9] (4,6/M), Singapour[10] (4,6), Malaisie[11] (3,8/M), Quatar[12] (1/M).

Le confinement aveugle (sans séparation des malades des biens portants) paraît donc avoir joué le rôle d’accélérateur des contaminations, puis des décès comme le montre la comparaison des morbidités / mortalités en Belgique qui a sévèrement confiné et aux Pays-Bas qui n’ont pas confiné.

 

Les données de l’OMS montrent donc une forte corrélation entre le confinement aveugle et une mortalité globale élevée.

Ces faits avérés contredisent l’opinion couramment répandue que le confinement aveugle aurait pu sauver quelques personnes et font penser qu’au contraire il a aggravé l’épidémie.

Evaluation des traitements conseillés

Pour estimer l’efficacité des traitements utilisés, l’indice de mortalité (risque de décès pour 1000 personnes contaminées) représente l’indicateur de qualité des soins le plus pertinent.

Sur ce critère, la France, qui n’a proposé que le Doliprane comme traitement initial, se place malheureusement à la première place mondiale de l’indice de mortalité (156 décès/1000 contaminés), devant la Grande Bretagne (148/1000), l’Italie (140/1000), la Belgique (131/1000), les Pays-Bas (101/1000) et l’Espagne (86/1000).

Les pays qui ont utilisé les antipaludéens comme traitement initial des malades symptomatiques obtiennent les plus faibles indices mondiaux de mortalité : Maroc (15 décès/1000 contaminés), Algérie (36/1000), Brésil (33/1000), Grèce (35/1000), Turquie (24/1000), Cuba (28/1000), Sénégal (21/1000), Nigéria (20/1000), Corée (20/1000), Malaisie (13/1000), Russie (16/1000), Inde (19/1000), Costa-Rica (10/1000), Jordanie (8/1000), Emirats Arabes Unis (5/1000), Bahrain (4/1000), Quatar (1/1000).

Le Japon qui a largement traité par Favipiravir obtient un indice fort honorable : 20/1000

L’indice de mortalité des pays qui n’ont pas officiellement recommandé la chloroquine, mais n’ont pas déconseillé son usage les situe entre ces deux groupes : Suède 69 décès/1000 contaminés, Irlande 66/1000, Suisse 46/1000, Finlande et Roumanie 43/1000, Allemagne et Danemark 41/1000, Pologne 34/1000, Portugal 33/1000, Autriche et USA 32/1000, Norvège 26/1000

Bien que tous les pays soient différents[13], la convergence d’espérance de guérison élevée dans tous les pays qui traitent tôt les malades, et les indices de mortalités très élevés observés dans presque tous ceux qui ne tentent des traitements qu’au stade avancé, sont démonstratifs.

Le non-traitement précoce représente un facteur de pronostic péjoratif majeur et une perte de chances de survie pour les malades qui n’ont pas reçu de traitement.

Ainsi l’examen des mortalités publiées par l’OMS montre :

-Que le confinement aveugle (sans quarantaine des infectés)

-Et l’absence de traitement précoces par les antipaludéens constituent des facteurs pronostiques très péjoratifs et sont en partie responsables de nos très mauvais résultats dans cette crise.

Notes:

[1] Coronavirus disease (COVID-19) Situation Report – 206 Data as received by WHO from national authorities by 10:00 CEST, 13 August 2020

[2] Championne de la défense des frontières et du dépistage quarantaine

[3] Confinement et chloroquine pour tous les malades

[4] Chloroquine et quarantaine sans confinement

[5] Défense des frontières, quarantaine, confinement, chloroquine

[6] Dépistage, quarantaine chloroquine, pas de confinement

[7] Défense exemplaire des frontières, quarantaine

[8] Défense des frontières, confinement partiel, chloroquine

[9] Confinement chloroquine

[10] Dépistage quarantaine pas de confinement aveugle

[11] Confinement chloroquine

[12] Confinement chloroquine

[13] Par leurs coutumes, l’âge de leur population, la fréquences des comorbidités à valeur pronostique (obésité, diabète, hypertension)

- Source : FranceSoir
Source : ZE Journal

Répondre à JLG Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>