Voitures brûlées en Gâtine : l’auteur présumé arrêté

Trois voitures avaient été incendiées dans la nuit du 27 au 28 décembre 2015, dans le centre-ville de Parthenay. - Trois voitures avaient été incendiées dans la nuit du 27 au 28 décembre 2015, dans le centre-ville de Parthenay. - (Photo archives NR) Trois voitures avaient été incendiées dans la nuit du 27 au 28 décembre 2015, dans le centre-ville de Parthenay. - (Photo archives NR) Trois voitures avaient été incendiées dans la nuit du 27 au 28 décembre 2015, dans le centre-ville de Parthenay. – (Photo archives NR)

Les gendarmes ont interpellé, mardi, à Airvault, l’auteur présumé de l’incendie de six voitures, dont trois en décembre 2015 à Parthenay. Grâce à son ADN.

 C’est l’épilogue d’une longue enquête menée depuis un an par un major et un adjudant-chef de la compagnie de gendarmerie de Parthenay. Mardi matin, à Airvault, les militaires ont interpellé, à son domicile, un jeune homme âgé de 21 ans dans le cadre de plusieurs épisodes d’incendie en Gâtine.

L’individu serait d’abord impliqué dans l’embrassement de trois voitures, provoqué dans la nuit du 27 au 28 décembre 2015, vers 1 h 30, dans le centre-ville de Parthenay : les deux premiers sur la place du Lycée et le troisième dans la rue Jean-Jacques-Rousseau. Il aurait alors utilisé un briquet pour déclencher les incendies. Cinq mois plus tard, trois autres véhicules sont retrouvés calcinés, le 28 mai, à Airvault. Une commune où l’auteur présumé des faits, originaire de Parthenay, s’était installé une quinzaine de jours avant ce nouveau délit.

Des traces d’ADN sur une batterie de voiture

C’est en s’intéressant à cette deuxième affaire que les enquêteurs ont d’ailleurs accélérée dans leurs investigations. A Airvault, les gendarmes avaient prélevé des traces d’ADN sur la batterie d’une automobile brûlée. Des données transmises à l’Institut de recherche criminelle de gendarmerie nationale ( IRCGN), de même pour d’autres preuves de l’épisode parthenaisien. Leur analyse a permis de confirmer l’identité de l’incendiaire présumé, connu des fichiers de gendarmerie.
Aussitôt après son arrestation, l’individu a été placé en garde à vue. Devant les enquêteurs, il a avoué les faits, qu’il avait pourtant niés une première fois il y a un an. En revanche, il n’a pas reconnu sa responsabilité dans une autre affaire : celle des huit voitures détruites ou endommagées par le feu dans la nuit du 7 au 8 novembre 2015, place du 11-Novembre et rue Saint-Vincent-de-Paul, à Parthenay.

“ Des délits qui ont traumatisé la ville ”

L’issue de ces deux affaires ne pouvait que satisfaire le chef d’escadron Marc Perrault, en écho à l’émoi suscité parmi la population et les élus de Parthenay. « La gendarmerie avait été mise en porte-à-faux. Mais nous n’avons jamais lâché l’enquête », livre le commandant de la compagnie de gendarmerie de Parthenay. De son côté, le maire, Xavier Argenton, s’est félicité « qu’une solution ait été trouvée à ces délits qui ont traumatisé la ville lors de Noël 2015 ».
Le jeune homme sera à la barre, cet après-midi, en comparution immédiate, du tribunal correctionnel de Niort, pour destruction et détérioration de bien d’autrui par moyen dangereux.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *