Voiture de police incendiée à Paris : trois hommes en garde à vue

Une voiture de police incendiée par des manifestants anti-police à Paris, le 18 mai 2016

Une voiture de police incendiée par des manifestants anti-police à Paris, le 18 mai 2016 Photo Cyrielle Sicard. AFP

Quatre personnes ont été interpellés et trois placées en garde à vue après qu’une voiture de police, dans laquelle circulaient deux agents, a été incendiée autour d’un groupe d’une quinzaine de manifestants anti-police.

Que s’est-il exactement passé ce mercredi, lorsqu’une voiture de police a été incendiée à Paris en marge d’une contre-manifestation anti-violences policières ?

Alors que les policiers s’étaient donnés rendez-vous place de la République pour dénoncer la «haine anti-flics» en marge de la mobilisation contre la loi travail, un rassemblement prévu au même endroit par le collectif «Urgence, notre police assassine» a été interdit du fait de risques de «troubles graves à l’ordre public».

Mais quelque 300 contre-manifestants dénonçant les violences policières se sont malgré tout rendus sur la place. Aux cris de «Flics, porcs, assassins» ou «Tout le monde déteste la police», ils ont été repoussés par un imposant dispositif de sécurité. Quatre personnes ont été interpellées, pour port d’armes prohibé ou outrage, selon la préfecture de police.

Non loin de là, une voiture de police a ensuite été incendiée, les deux fonctionnaires à l’intérieur réussissant à en sortir à la hâte. Une vidéo filmée par la branche française de Russia Today (rappelons qu’il s’agit d’un porte-voix du Kremlin proche de l’extrême droite) montre, plus précisément que les photos ne l’ont fait, le déroulement des faits.

A partir de 56’10, on peut ainsi voir la voiture de police, qui est engagée dans la rue où se trouvent des manifestants, émerger après avoir déjà reçu plusieurs coups. Elle finit par s’arrêter, et des manifestants cagoulés jettent un objet fumigène dedans. Deux policiers présents à l’intérieur sortent alors, l’un d’eux étant aidé par un manifestant. Légèrement blessés, ils souffrent de contusions. La personne qui filme s’éloigne ensuite, avant de laisser constater que le véhicule est en feu. Au sol, une pancarte «Poulets rôtis» (que l’on ne voit pas sur la vidéo) a ensuite installée près de la carcasse calcinée.

Une enquête pour tentative d’homicide volontaire à été ouverte, la préfecture affirmant qu’un cocktail molotov a été jeté dans la voiture. Or il semble que ce ne soit pas le cas. Quatre personnes ont été interpellées et «d’autres interviendront» a déclaré le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Parmi les personnes interpellées, trois hommes âgés de 19 et 21 ans, ont été placés en garde à vue.

Le préfet de police de Paris, Michel Cadot, a dénoncé une attaque «particulièrement choquante», «qui marque une escalade dans la violence gratuite et brutale» contre les forces de l’ordre. «Le Parti socialiste condamne fermement ces actes et les insultes proférées à l’encontre des policiers, tout comme les violences et les incidents qui se sont multipliés ces dernières semaines en marge des manifestations contre la loi travail», a également réagi le PS dans le communiqué tandis que Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains, a dénoncé sur sa page Facebook «la perte d’autorité de l’État», après ces violences.

Selon les autorités, plus de 350 membres des forces de l’ordre ont été blessés depuis le début des manifestations contre la loi El Khomri il y a plus de deux mois.

Source : Libération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.