Vivre ensemble. Gendarmerie : « Nous sommes au service des autres »

2019-01-19 OF

4385864fd88a4fe6372159f5b2176407-vivre-ensemble-gendarmerie-nous-sommes-au-service-des-autres_0François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France, et le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, aux 2e assises du vivre ensemble et de la citoyenneté. | OUEST-FRANCE

Le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie nationale, participait vendredi, aux 2e assises de la citoyenneté et du vivre ensemble.

100000 personnels civils et militaires, 30 000 réservistes : la gendarmerie est par essence un acteur du quotidien des Français qui rayonne sur le territoire à travers ses 3100 brigades territoriales. « Le gendarme assure son rôle d’acteur de la vie locale et de la cohésion sociale » , rappelle François-Xavier Lefranc, rédacteur en chef de Ouest-France en faisant référence à la charte de la gendarmerie nationale.

« Dans certains territoires, la gendarmerie est le dernier service public présent », souligne le général Richard Lizurey, directeur général de la gendarmerie, invité de la 2e édition des assises de la citoyenneté et du vivre-ensemble pour s’exprimer sur l’égalité des chances dans les armées. Est-elle réelle dans la gendarmerie ? « Nous avons des généraux qui ont commencé en bas de l’échelle, explique le général Lizurey . Sur 7000 officiers de gendarmerie, 85 % sont issus des rangs des sous-officiers, eux-mêmes recrutés aux deux tiers parmi les gendarmes volontaires » .

Et l’égalité entre hommes et femmes a-t-elle évolué dans une institution qui « jusqu’en 1998 avait interdiction de recruter plus de 7 % de femmes à l’entrée » , rappelle le directeur général de la gendarmerie. Récemment, une photo d’agence de presse montrant une jeune femme de la gendarmerie mobile face à une manifestante à Paris, a mis en avant la place des femmes, y compris dans des unités particulièrement engagées physiquement. « Au sein de la gendarmerie mobile, nous comptons aujourd’hui 300 jeunes femmes (sur un effectif total d’environ 13000). Elles sont aussi recrutées désormais dans le GIGN » .

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.