Vingt véhicules dégradés ou brûlés en un mois à Cuxac-d’Aude

Au village, l'exaspération est à son comble.

Au village, l’exaspération est à son comble. PHOTO/Photo Ph. L.

Parallèlement à l’enquête, la municipalité et la gendarmerie œuvrent de concert à la surveillance du village.

“Au sein de la population, c’est l’exaspération.Comme chaque matin, j’allais me garer sur le parking quand j’ai vu ces voitures brûlées. J’ai immédiatement fait demi-tour. Et depuis, je ne m’y gare plus”. A Cuxac-d’Aude, cette commerçante n’est pas la seule à se montrer prudente. Dans la nuit de mardi à mercredi, trois voitures, stationnées sur le parking de l’Escalaïs, située à l’entrée du village en venant de Narbonne, ont été ravagées par un incendie. Le dernier en date d’une longue série… “Les gens ne savent plus où stationner, poursuit-elle. Ce n’est pas la première fois que ce genre de choses se produit au village, mais là c’est de la folie !” Depuis le mois d’août, les villageois sont en effet confrontés à une recrudescence de dégradations et incendies de véhicules. Au total, ce sont 20 voitures, dont un véhicule des services techniques, qui ont été dégradés ou brûlés en seulement quelques semaines.

Une enquête de gendarmerie en cours

Alors que les gendarmes de la communauté de brigades de Coursan ont ouvert une enquête pour déterminer le ou les auteurs des faits, le maire de la commune Jacques Pociello annonce “la pose d’un dispositif de vidéoprotection avant la fin de l’année”. Une douzaine de caméras devrait être installée sur la commune, dont sept ou huit d’ici le mois de décembre. “Elles seront placées dans les secteurs stratégiques, au niveau des trois parkings et jusqu’au complexe sportif“, précise l’élu. En outre, les services de la police municipale ont été renforcés. “Dans cette affaire, nous travaillons en étroite collaboration avec la gendarmerie, poursuit le maire. Les militaires ont eux aussi augmenter leur présence sur Cuxac et des rondes sont effectuées régulièrement”. En attendant, c’est l’exaspération qui monte au sein de la population. “Les gens en ont ras-le-bol, lance un autre commerçant. Les personnes âgées n’osent plus sortir de chez elles parce qu’elles ont peur. Tout le monde sait qui est à l’origine de ces méfaits. Et personne ne fait rien. Il ne se passe pas un mois sans qu’il y ait un problème à Cuxac”.

Source : L’Indépendant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *