VIMY Après trois mois de cavale, l’évadé de la brigade de gendarmerie arrêté en Seine-Saint-Denis

Le 18 juin dernier, un homme de 31 originaire de Villejuif, en région parisienne, s’évadait de la brigade de gendarmerie de Vimy après avoir commis des violences sur un militaire. Il avait été interpellé en possession d’un kilo de cannabis sur l’A1. Jeudi dernier, trois mois après son évasion, le fugitif a été interpellé, a-t-on appris ce lundi auprès de la gendarmerie. Il devait être jugé ce lundi en comparution immédiate.

http://lvdnena.rosselcdn.net/sites/default/files/dpistyles_v2/ena_16_9_extra_big/2016/09/19/node_46968/2904634/public/2016/09/19/B979742371Z.1_20160919163335_000%2BGFG7KU1QS.1-0.jpg?itok=m82bHEZ9

C’est jeudi soir que M. D. a été localisé et arrêté par un équipage de la brigade anticriminalité, en Seine-Saint-Denis.

Dès le lendemain vendredi, les gendarmes de la brigade de Vimy se sont rendus sur place pour récupérer l’individu qui leur avait filé entre les doigts.

Présenté au parquet d’Arras vendredi soir, il a été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Arras en attendant sa comparution immédiate, prévue ce lundi après-midi. Un renvoi de l’audience était dans l’air. Confirmation sur place puisque le suspect, comme l’y autorise la procédure de comparution immédiate, a demandé un délai pour préparer au mieux sa défense.

Douze condamnations, dont six pour stups

Le suspect avait été interpellé sur l’A1, au péage de Fresnes-les-Montauban, en possession d’environ un kilo d’herbe de cannabis. Cet auto-entrepreneur dans l’événementiel aurait agi ainsi pour éponger une dette, lui qui a déjà été condamné à douze reprises, dont six fois pour des affaires en lien avec les stupéfiants. Il avait même déjà écopé de cinq ans de prison, dont un avec sursis, en 2014.

« La cavale a été très difficile, quelque part j’étais soulagé »

Suite à son transfert à la brigade de gendarmerie de Vimy, il avait bousculé un gendarme et pris la fuite. S’en sont suivis trois mois de cavale à l’issue desquels il a été arrêté, non sans mal, en possession de 4 700 € en liquide. Lors de l’audience, on a en effet appris qu’il s’était rendu coupable d’outrage, de rébellion et de refus d’obtempérer au moment de son interpellation. Pourtant, face aux juges, il a paradoxalement fait part de sa satisfaction d’être enfin arrêté. «  La cavale a été très difficile, quelque part j’étais soulagé  » a-t-il indiqué.

L’audience a été renvoyée au 21 novembre prochain. D’ici là, notamment en raison de l’absence de garantie de représentation, il restera en détention provisoire. Lors de ses réquisitions, la substitute du procureur avait invoqué «  une certaine volatilité et une facilité à se soustraire  ».

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.