Vimoutiers. Ivre, il n’a pas reconnu les gendarmes

Avec 0,90 gramme d’alcool par litre de sang, l’automobiliste dit pourtant avoir « totalement arrêté ».

Le contrôle était pourtant positif (©Le Réveil Normand)

Lundi 19 février 2018 c’est une peine de six mois de prison ferme que le tribunal correctionnel a prononcé à l’encontre de Richard L., un jeune homme de 24 ans résidant Vimoutiers.

A Vimoutiers, le 14 octobre 2017 les gendarmes lors d’un contrôle de conduite addictive sont amenés à contrôler le conducteur d’une petite voiture sans permis. Un gendarme à l’aide des signaux réglementaires invite le conducteur à se stationner sur un parking. Le conducteur ne sort pas de son véhicule et s’arrête à cinq mètres face au gendarme. Il avance à deux mètres avant d’accélérer brusquement ce qui oblique un gendarme à se jeter en arrière pour ne pas être renversé. Il est déséquilibré et lâche sa lampe torche qui vient briser le pare-brise de la voiture. Il s’arrête un peu plus loin et prend la fuite en courant. Les occupants de la voiture sortent à leur tour et s’en prennent aux gendarmes. Rattrapé il est soumis au dépistage de l’imprégnation alcoolique qui révèle une teneur de 0,45 milligramme par litre d’air expiré (0,90 gramme par litre de sang). Entendu par les gendarmes il déclare avoir eu peur, il n’avait pas vu qu’il s’agissait des gendarmes ce n’est que lorsqu’ils ont fait usage de leur gyrophare qu’il a compris.

« Où en êtes-vous avec l’alcool » ? interroge la Présidente.

« J’ai totalement arrêté, comme çà, sans rien. Je n’ai plus du tout envie de boire. »

« Que faites-vous-en ce moment » ? Reprend ce magistrat. « Je suis une remise à niveau pour la lecture et l’écriture ».

Pour le ministère public les faits sont caractérisés. Les gendarmes sont toujours revêtus la nuit de leurs effets réfléchissants, ils sont toujours au moins deux. « A part les gendarmes je ne vois pas qui peut faire des signaux sur le bord de la route la nuit ». Il rappelle le comportement du prévenu qui s’arrête d’abord à cinq mètres du gendarme avant de se rapprocher à deux mètres et tente de prendre la fuite. Il souligne l’état de récidive et requiert une peine de six mois d’emprisonnement avec la révocation de trois mois de sursis et la confiscation de son véhicule.

Après en avoir délibéré le tribunal reconnaît Richard L. coupable de l’ensemble des faits reprochés et le condamne à une peine de six mois d’emprisonnement et confiscation du véhicule.

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.