Villefranche-de-Rouergue. Gendarmerie : les doutes de François Janodet

A l'entrée de la ville, le chantier en panne fait tache./Photo DDM

A l’entrée de la ville, le chantier en panne fait tache./Photo DDM

Le dossier de la construction de la future gendarmerie continue à alimenter bien des conversations. Et surtout suscite des inquiétudes. Nous en faisions part dans un article paru le 4 juillet, évoquant plusieurs points, dont la vente des terrains de l’indivision Albespy et la poursuite des contrats passés entre Melissa et des acheteurs trompés (contrats faisant partie des actifs repris par Nephtys, la société du repreneur Patrick Holtzer).

 

François Janodet, a souhaité apporter des précisions. D’abord, il réaffirme son doute «sur la volonté de la gendarmerie nationale de s’installer un jour en ce lieu.»

 

Sur les points d’inquiétude soulevés, François Janodet indique que les délais de recours contre les ordonnances du juge-commissaire résiliant les contrats de vente en l’état futur d’achèvement (VEFA), passés entre Melissa et les acheteurs, ne sont pas tous purgés. «Compte tenu des délais de notification, l’ordonnance du 25 mai est contestable jusqu’à début août. J’ai été informé qu’au moins une de ces ordonnances est d’ores et déjà contestée devant le TGI de Pau.»

 

Sur la propriété des terrains, François Janodet précise. «La propriété des terrains objets du litige familial de la famille Albespy est revenue à l’indivision «en pleine propriété», vérification faite au service des hypothèques de Villefranche. Nephtys n’est toujours pas, à ce jour, propriétaire de ces terrains. Le seul engagement d’une promesse de vente, dont l’échéance arrive en début d’année 2014, ne vaut pas titre de propriété. La vente reste à conclure.»

 

François Janodet revient aussi sur la cérémonie, début juillet, de pose de la première pierre d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Figeac. «Cette caserne ressemble fort à celle prévue à Villefranche : espace de 5 ha ; 5 ha de réserve à

 

Villefranche), 1.050m² de locaux (environ 1.000m² à Villefranche), 55 logements (62 à Villefranche). J’invite mes concitoyens villefranchois à préférer l’attitude du doute rationnel à celle de la béatitude trompeuse : attendons de voir ! Tout en espérant, bien évidemment, avoir tort et participer à l’inauguration en grande pompe de la caserne en fin 2014», conclut-il.

Source : La Dépêche du Midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *