Vendômois : les incendiaires avaient mis le feu à treize reprises

5d9f5ce9140e72693a8b4582Le dernier incendie a été allumé dans un tas de bois à Lancé, dans la nuit du 3 au 4 octobre dernier.
© (Photo archives NR )

La gendarmerie a mis un terme à une série d’incendies volontaires en Vendômois. Trois jeunes gens ont été interpellés mardi 8 octobre 2019 et condamnés dès le lendemain.

Voilà plusieurs semaines que la gendarmerie était sur les dents. Tout a commencé dans la soirée du vendredi 5 juillet avec trois feux allumés quasi simultanément aux environs de 23 h, dans des champs de céréales à Saint-Amand-Longpré. Puis trois sinistres mobilisent à nouveau les pompiers le mercredi 10 juillet à Crucheray et à Nourray.

La série continue le samedi 20 juillet encore à Crucheray et à nouveau le lendemain, toujours aux environs de 23 h, dans cette même localité. Le lundi 22 juillet, dans la matinée, les pompiers sont appelés à Nourray. Après une accalmie en août, les incendiaires récidivent le mercredi 18 septembre à Houssay puis à Lancé le lendemain.

Leur dernier méfait, c’est à Lancé qu’ils vont le commettre. Dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 octobre, les vandales mettent le feu à un tas de bois, le sinistre endommage une ligne téléphonique. Cette fois, les gendarmes rassemblent des indices qui les mettent sur la piste de trois jeunes hommes d’une vingtaine d’années demeurant à Lancé, Bonneveau et Chauvigny du Perche.

Les trois lascars, inconnus de la justice, ont été interpellés mardi et interrogés lors d’une garde à vue par les enquêteurs de la brigade de recherches de Vendôme avec le concours de leurs collègues de la communauté de brigades de Montoire. Ils ont reconnu avoir mis le feu à au moins treize reprises à des champs de récolte sur pied mais aussi des paillers, des tas de bois de chauffage.

Le procureur Frédéric Chevallier a tenu à saluer le travail d’enquête minutieux des gendarmes qui a permis de les confondre  » car il n’était pas évident de parvenir à élucider ces incendies commis par des inconnus en pleine nuit. » Leur mobile ? Aucun si ce n’est tromper leur ennui par cette activité qui a causé des dizaines de milliers d’euros de dommages et mobilisé bon nombre de sapeurs-pompiers.

Les trois mis en cause ont été déférés mercredi au palais de justice de Blois et ont été jugés dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) à l’issue de laquelle ils ont été condamnés à des peines de 5 à 6 mois d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve comportant l’obligation d’indemniser les onze victimes recensées.

Une voiture appartenant à l’un des trois et ayant servi à commettre les infractions a été confisquée.

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.