Vague de départs à l’escadron de gendarmerie mobile

Vendredi, les hommes de l’escadron 47/7 de gendarmerie mobile ont salué le départ de six des leurs.

Au premier plan, de gauche à droite : major Éric Souchon, chef d’escadron Martial Juret, capitaine Philippe Marczak, adjudant Philippe Nicolay.   Au second plan : maréchal des logis-chef Laurent Serraille, gendarmes Jérémy Courtemanche et Kévin Collart.  Photo Monique PEHU

Au premier plan, de gauche à droite : major Éric Souchon, chef d’escadron Martial Juret, capitaine Philippe Marczak, adjudant Philippe Nicolay. Au second plan : maréchal des logis-chef Laurent Serraille, gendarmes Jérémy Courtemanche et Kévin Collart. Photo Monique PEHU

Six militaires vont quitter l’escadron de gendarmerie mobile dans les prochains jours ou prochains mois.

Jérémy Courtemanche rejoindra l’escadron de Thionville (57) le 1er juillet, et Kévin Collart celui d’Annecy (74) le 1er septembre. Le major Éric Souchon est également muté en tant que commandant de peloton à Beaune (21).

Le maréchal des logis-chef Laurent Serraille et l’adjudant Philippe Nicolay feront valoir leurs droits à la retraite les 1er et 3 septembre, tout comme le chef d’escadron Martial Juret, à la tête de l’escadron 47/7 depuis août 2012.

Ce dernier tourne la page après près de 40 années de service. Militaire exemplaire, sa carrière a été retracée par le capitaine Philippe Marczak, commandant en second le groupement IV/7 de gendarmerie mobile de Dijon et représentant le colonel Bertin Malhet.

« Sentiment du devoir accompli »

La Guyane, la Réunion, la Nouvelle-Calédonie, etc., « les missions ont été nombreuses et conduites avec brio. Tu mérites particulièrement la reconnaissance de tes chefs pour ce riche parcours au service de la Nation et de nos concitoyens », a précisé le capitaine, saluant les qualités humaines et professionnelles « d’un homme engagé, réactif, loyal et juste ».

« Je quitte une institution qui m’est particulièrement chère avec le sentiment du devoir accompli, dans le seul souci de l’intérêt général », a conclu, non sans émotion, le chef d’escadron Martial Juret. À 58 ans, il se retire à Pierre-de-Bresse, où il pourra se consacrer à ses loisirs mais surtout profiter un peu plus de sa famille.

Source : Le JSL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.