Une patronne pour la compagnie de gendarmerie

Le patron de la compagnie est une patronne. Photo Francis Reinoso

Le patron de la compagnie est une patronne.

Photo Francis Reinoso

Le commandant Véronique Jallais est la première femme au gouvernail de la compagnie de gendarmerie de Montbéliard

Doit-on lui dire « commandante » ? Oublions le « e » qui féminise son grade. Elle préfère « commandant ».

Elle vous accueille dans le bureau qu’elle vient tout juste d’investir par une poignée de main franche, un sourire avenant. À l’aise, sans chichis, ni doigt sur la couture du pantalon. Très nature. D’entrée, on sent que la nouvelle patronne de la compagnie de gendarmerie du pays de Montbéliard est une femme de terrain. Forcément. Elle a passé l’essentiel de sa carrière dans les unités de recherches.

Une carrière qui se poursuit pour cet officier de 48 ans en terres des Wurtemberg. Véronique Jallais a pris lundi le commandement de la compagnie de Montbéliard. L’une des plus importantes du Doubs avec ses 14 unités de L’Isle-sur-le-Doubs à Maîche, dont un PSIG (Peloton de surveillance et d’intervention) et une BR (Brigade des recherches). Une compagnie forte de 153 personnes dont 24 femmes. « Pas énorme le taux de féminisation », concède volontiers le commandant Jallais, première femme à la tête de la compagnie montbéliardaise. Et pas que… Elle est aussi la première femme à commander une compagnie dans le département du Doubs. « Nous avons fêté cette année les 30 ans de la présence des femmes en gendarmerie. Le taux de féminisation est actuellement de 17,5 % », souligne-t-elle sans une once de féminisme dans la voix. Justement. C’était en 1983. Elle qui voulait être inspecteur de police fut de celles qui ont alors répondu à l’invite de la gendarmerie nationale. « Je venais de passer mon bac. Au même moment, la gendarmerie annonçait qu’elle recrutait des femmes. J’ai passé le concours. Et voilà… »

C’est l’école de Montluçon, les premières affectations en brigades territoriales à Châlons-en-Champagne, Metz puis Nancy. En 2001, Véronique Jallais se frotte au concours d’officier. Avec succès. Elle enchaîne quatre années à la BR de Cergy (Val d’Oise), deux ans à l’État-major de Metz, puis quatre ans à la section des recherches, toujours à Metz.

Elle souhaitait rester dans la zone de défense Est. Elle y demeure en prenant le commandement d’une compagnie à l’activité plutôt soutenue : 1786 crimes et délits constatés de janvier à juin. En augmentation par rapport à l’an dernier. Véronique Jallais arrive avec sa feuille de route. Priorités parmi les priorités, la lutte contre les cambriolages, les trafics de stupéfiants, l’insécurité routière et l’économie souterraine. C’est dit.

Elle qui est née en Lorraine, qui a grandi outre-Mer (un père prof de français-histoire-géo en coopération), elle donc se dit de Moselle, « la terre natale de ma famille ». Le Doubs, elle découvre. Avec enthousiasme. Pour l’instant, elle prend ses marques. Fait connaissance avec le personnel, le fonctionnent de la compagnie, l’arrondissement. Bonne route…

Source :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *