Une nouvelle gendarmette à la brigade

La gendarme Tiffany Loubet dans son bureau à Nailloux./ Photo DDM M. C.
La gendarme Tiffany Loubet dans son bureau à Nailloux./ Photo DDM M. C.
 

Depuis peu, la brigade de gendarmerie de Nailloux accueille une nouvelle gendarmette, de 21 ans, Tiffany Loubet. Originaire des Hautes Pyrénées, de Tarbes, elle a fait ses études au lycée général Théophile Gautier et obtenu un bac littéraire. À 18 ans, elle décide de s’engager gendarme volontaire et elle suit trois mois de formation à l’école de gendarmerie de Tulle.

À l’issue de cette formation, elle est affectée à la brigade de gendarmerie de Miélan, dans le Gers, en tant que gendarme volontaire, durant un an et demi. Elle en profite pour préparer le concours de sous-officier qu’elle réussit après son examen à Bordeaux fin 2015. Celui-ci lui permet d’intégrer, en juin 2016, durant 8 mois, l’école de gendarmerie de Châteaulin, au cœur de la lande bretonne, dans le Finistère. C’est après cette nouvelle formation qu’elle rejoint la communauté de brigades de Villefranche de Lauragais-Nailloux, en février 2017, en qualité de gendarme sous-officier.

Depuis son arrivée à la Cob de Villefranche-Nailloux, qui opère sur 34 communes du Lauragais, elle participe aux interventions dans tous les domaines. Cela comprend : les accidents de la route, les cambriolages en zone rurale, «véritable fléau», ajoute-elle, les contrôles routiers et la surveillance générale des villages pour prévenir tout délit. «À la brigade de Nailloux, j’ai été accueillie chaleureusement par des collègues toujours disponibles pour m’aider dans mon apprentissage, dans une bonne ambiance générale, ce qui est important dans ce métier».

Une recrue prometteuse

D’après sa collègue Cathy, à la brigade de Nailloux depuis 20 ans, et qui est aussi sa tutrice, «Tiffany, malgré son jeune âge, a du caractère et ne se laisse pas faire. Elle sait s’imposer dans les situations compliquées. Je souhaite qu’elle aboutisse, car son ambition c’est le diplôme d’officier de police judiciaire et le concours d’officier de gendarmerie».

Source : La Dépêche du midi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.