Une nouvelle gendarmerie à La Capelle Livraison à la fin de l’année

La parcelle s'étend sur 10 000 m². Elle a été viabilisée par la municipalité.

La parcelle s’étend sur 10 000 m². Elle a été viabilisée par la municipalité.

La gendarmerie de La Capelle est l’aboutissement d’un très long processus administratif. Elle termine également la modernisation de toutes les brigades.

LA brigade de gendarmerie de La Capelle devrait être opérationnelle à la fin de l’année. Les intempéries de cet hiver ont, certes, ralenti les travaux, mais pas suffisamment pour retarder de manière notable la livraison.
Hier matin, le commandant Girard, patron de la compagnie de Vervins, Frédéric Meura, conseiller général et Guy Méresse, maire, ont insisté sur l’importance de cet édifice. Tant attendu…
« En 2004, Jean Fossier, à qui j’ai succédé au conseil général, m’a rappelé que ce dossier était très important », se souvient Frédéric Meura, qui représente le financeur, le conseil général.
C’est en fait en 1998 ou 1999 que la municipalité capelloise achète un terrain, afin de le viabiliser, dans l’optique d’accueillir la dite caserne.
Ensuite, pendant une dizaine d’années, à travers les discours de chacun, cette caserne joua un peu l’Arlésienne et suscita pas mal d’ironie…
Loyer pour la gendarmerie
C’est la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, qui débloqua le dossier en mars 2006. « Mais tout cela n’a rien à voir avec la politique », poursuit Frédéric Meura. Autrement dit, le socialiste Yves Daudigny n’a pas dédaigné La Capelle, canton de l’UMP Frédéric Meura. « Il y avait d’autres priorités, comme Coucy-le-Château », justifie encore l’élu.
Le montage financier s’établit comme tel : le projet représente un coût de 2,2 millions, dont 2 millions de travaux ; la subvention de l’Etat est de 207 000 euros ; le conseil général se remboursera à travers un loyer demandé à la gendarmerie et dont le montant est actuellement en négociation.Dans le concret, la parcelle s’étend sur 10 000 m² Elle a été viabilisée par la municipalité. La gendarmerie est composée d’un bâtiment de services (485 m² sur deux niveaux) et de huit logements dont deux pour gendarmes stagiaires.
Ce sont essentiellement des entreprises locales qui s’activent autour de ce chantier. On citera Cibo d’Origny, Eiffage de Clairfontaine, les ateliers du Garmouzet du Nouvion, Dider Dupont de La Bouteille, mais on trouve beaucoup d’autres entreprises de l’Aisne.
Le commandant Girard considère cet emplacement comme idéal et s’est félicité des nouvelles conditions de travail pour les gendarmes locaux, mais aussi pour l’accueil du public.

Source : L’Union

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *