Une ministre à Montpellier, les voitures des étudiants partent à la fourrière

870x489_maxnewsworldtwo393775Une dizaine de voitures d’étudiants ont été emmenées à la fourrière © Maxppp –

Environ dix étudiants montpelliérains d’une résidence Crous ont récupéré leur voiture à la fourrière, suite à la visite de la ministre de l’Enseignement supérieur à Montpellier, le 20 août 2019. L’arrêté municipal a été rédigé la veille et affiché le jour de la visite, selon les étudiants.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) s’indigne sur les réseaux sociaux. Le 20 août dernier, lors de la visite à Montpellier de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal, accompagnée par la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, une dizaine de voitures stationnées sur le parking d’une résidence universitaire du CROUS, dans le quartier Boutonnet à Montpellier, ont été emmenées à la fourrière. Il fallait faire place nette pour cette visite et libérer le parking pour les véhicules du service de sécurité.

“L’arrêté a été affiché le jour même, à 14 heures ! Les étudiants n’ont pas eu le temps d’en prendre connaissance”, déplore Fabien Bon, élu au SCUM. La mairie n’est pas en mesure de communiquer l’heure d’affichage de cet arrêté d’interdiction de stationnement mais confirme qu’il a été émis la veille, le 19 août.

Les étudiants ont déboursé 35 euros pour l’amende et 126 euros pour récupérer leur voiture à la fourrière. _”Il est impardonnable que ces étudiants payent pour l’incompétence de la mairie de Montpellier”,_estime le syndicat. Frédérique Vidal était venue annoncer des nouvelles aides pour les étudiants précaires. Pour Fabien Bon, du SCUM, cette situation est tout simplement absurde :

Les étudiants demandent des excuses à la ministre

Les étudiants exigent des excuses écrites de la part de Frédérique Vidal et Sibeth Ndiaye. D’autre part, ils souhaitent que la mairie de Montpellier accomplisse elle-même les démarches administratives pour obtenir le remboursement des amendes. “Ce n’est pas aux étudiants de s’en charger puisque la faute vient de la mairie.“, explique Fabien Bon. Un étudiant a déjà contesté l’amende de son côté et obtenu le remboursement.

Source : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *