Une incroyable opération de police coordonnée dans le monde entier permet de retrouver 19.000 objets d’arts volés

101 trafiquants d’objets d’art et d’artefacts historiques ont été arrêtés.

Spain2 Policia Nacional - 05

C’est un incroyable trésor qu’ont retrouvé les enquêteurs : deux énormes opérations internationales de police et de douane visant le commerce d’œuvres d’art et d’objets archéologiques volés ont permis d’arrêter 101 personnes et de récupérer plus de 19 000 objets, dont un masque en or précolombien, un lion romain sculpté et des milliers de pièces de monnaie antiques.

Les deux opérations – auxquelles ont participé des agents d’Interpol, d’Europol, de l’Organisation mondiale des douanes et de nombreuses forces de police nationales – se sont concentrées sur les réseaux criminels qui volent dans les musées, pillent les sites archéologiques et profitent du chaos des pays en guerre pour s’emparer de leurs trésors culturels.

Les détails de ces deux opérations, n’ont été divulgués que cette semaine, pour des raisons opérationnelles, bien qu’elles aient eu lieu à l’automne.

Parmi les objets retrouvés figurent un masque en or unique de Tumaco, des figurines en or et des bijoux anciens, découverts par les policiers espagnols (qui ont arrêté 9 personnes), 2500 pièces anciennes retrouvées par la police fédérale argentine, 1375 autres pièces retrouvées par la police d’État lettone et 971 objets culturels interceptés par les douaniers afghans à Kaboul, alors qu’ils étaient en partance pour Istanbul. Parmi les autres objets récupérés au cours des opérations figuraient des fossiles, des peintures, des céramiques et des armes historiques.

Interpol a déclaré qu’une attention particulière avait été accordée à la surveillance des marchés en ligne. Au cours d’une « semaine de cyber-patrouille », les officiers dirigés par les carabiniers italiens ont recueilli des informations et identifié des cibles qui ont conduit à la saisie de 8 670 objets culturels proposés à la vente en ligne.

« Le nombre d’arrestations et d’objets témoigne de l’ampleur et de la portée mondiale du commerce illicite d’objets culturels, un trafic qui touche potentiellement tout pays qui possède un riche patrimoine culturel », a indiqué Jürgen Stock, Secrétaire général d’Interpol.

Source : Atlantico

Répondre à JEAN Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.