Une gendarme du Haut-Doubs sélectionnée pour la caravane du Tour de France

En poste à Levier, Audrey Vuillemin a été repérée pour participer, cet été, à la caravane du Tour de France. La jeune femme représentera la gendarmerie aux côtés de onze autres collègues.

Audrey Vuillemin mettra son sourire au service de la gendarmerie. Photo W.G.

Audrey Vuillemin mettra son sourire au service de la gendarmerie. Photo W.G.

Sur le Tour, Audrey Vuillemin troquera le bleu de l’uniforme pour une tenue de couleur jaune, tradition oblige.
Photo DR

Sur le Tour, Audrey Vuillemin troquera le bleu de l’uniforme pour une tenue de couleur jaune, tradition oblige. Photo DR

Photo W.G.

Photo W.G.

Ils seront, l’espace de trois semaines, la vitrine nationale de la gendarmerie. Jeunes, dynamiques, souriants, abordables, ces douze gendarmes ont été triés sur le volet, parmi des centaines de candidatures volontaires. Au cœur de la fameuse caravane, la Doubienne Audrey Vuillemin troquera le bleu de l’uniforme pour une tenue jaune, tradition du Tour de France oblige. Sur la 3008 dédiée à la manifestation, les sigles de la gendarmerie seront néanmoins bien visibles.

« Ça me bottait de me lancer dans cette aventure », explique Audrey, « je ne suis pas passionnée de vélo mais j’ai envie de nouvelles expériences. On a un métier qui nous offre beaucoup d’opportunités différentes. Je vais rencontrer du monde et voir du pays, puisqu’on passera même par la Belgique et les Pays-Bas. » Sa persévérance a payé : « J’avais déjà tenté l’année dernière, j’étais allée jusqu’à l’étape de l’entretien à Paris. Cette fois, ça a marché ! »

« Je fêterai mes 30 ans sur le Tour »

La mission des « caravaniers » de la gendarmerie sur le Tour n’est pas d’encadrer le public, contrairement aux 11.500 autres gendarmes mobilisés sur toute la durée de l’événement. Eux œuvrent de l’intérieur, devançant, sur la route, les forçats de la pédale. « On diffuse des messages de prévention car sur le parcours, il peut y avoir des comportements dangereux, et on en profite pour faire du recrutement », détaille la pétillante Audrey.

Arrivée dans la région à l’âge de trois mois, la gendarme de Levier se sent « à 100 % Franc-Comtoise ». Et fière de l’être. « D’ailleurs, je ne me gênerai pas pour le dire. J’amènerai aussi du vin du Jura et de la saucisse de Morteau », appuie-t-elle, en digne ambassadrice. « Dommage que le Tour ne passe pas dans la région », ajoute-t-elle.

Fille de gendarme, Audrey a travaillé de 18 à 26 ans comme préparatrice en pharmacie tout en assurant, déjà, des missions de réservistes. Mais l’appel de l’uniforme l’a finalement rattrapée, pour le plus grand bonheur de Gilles, le papa. « J’ai démissionné et je suis sortie diplômée de l’école en 2012. Je suis en train de préparer un examen pour devenir officier de police judiciaire », raconte Audrey Vuillemin.

Les révisions, en juillet, s’annoncent donc délicates. « J’emmènerai mes fiches avec moi », promet-elle dans un éclat de rire… Pour se donner bonne conscience ? « Si mon commandant était là, je dirais que je les utiliserai. Mais je sais que les journées vont être chargées. Vivre le Tour, c’est top, mais c’est aussi fatiguant », glisse Audrey.

La « Miss » de la compagnie de Pontarlier ne va pas s’en plaindre, loin de là. « Je fêterai même mes 30 ans sur le Tour », note la gendarme. Un coup d’œil sur le programme. « Oui, ce sera à Saint-Jean-de-Maurienne dans les Alpes. » Un passage de col symbolique, dont elle risque de se souvenir longtemps.

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.