Un premier syndicat bien policé pour les gendarmes

Jean-Hugues Matelly, à l'origine de Gend XXI, à Paris, en 2010.

Jean-Hugues Matelly, à l’origine de Gend XXI, à Paris, en 2010. | MIGUEL MEDINA / AFP

En catimini, la veille du premier week-end de l’année, le monde militaire a connu une petite révolution. Vendredi 2 janvier, Gend XXI, la première association professionnelle de gendarmes, a été officiellement déclarée en préfecture. Treize hommes de tous grades et issus des différents corps – gendarmerie mobile, gendarmerie départementale, brigade motorisée, garde républicaine, gendarmerie de l’air, etc. – constitueront le conseil d’administration de ce « syndicat ».

Un « syndicat » un peu particulier, puisqu’il ne pourra organiser ni appel à la grève ni manifestations et verra sa prise de parole strictement encadrée. La rupture est néanmoins forte : contrairement aux policiers, les gendarmes, comme les autres militaires, étaient jusqu’alors interdits de syndicat et n’avaient pas le droit de s’exprimer.

Cette avancée a été permise par deux arrêts du 2 octobre 2014 de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) qui avaient condamné la France pour son interdiction absolue des syndicats dans la gendarmerie et l’armée.

« Opportunité de revivifier le dialogue »

Le lieutenant-colonel Jean-Hugues Matelly, qui contestait la décision de sa hiérarchie de lui interdire d’adhérer à une association attachée à « la défense de la situation matérielle et morale des gendarmes », est à l’origine de cette jurisprudence. Il est aussi, en toute logique, à l’origine de l’aventure de Gend XXI. C’est également lui qui a fixé l’acte de naissance de son association au 2 janvier, date à laquelle les arrêts de la CEDH sont considérés définitifs, sans que la France ne puisse plus faire de recours.

Lire la suite : Le Monde

Note de la rédaction de l’Association Professionnelle Gendarmerie (APG) :

l’APG n’a pas attendu la publication de ces deux Arrêts (02.10.2014) pour se créer en association professionnelle (30.04.2014) et se déclarer officiellement en préfecture le 03.06.2014.

Ainsi l’APG peut légitimement se présenter comme étant la toute première association professionnelle spécifique gendarmerie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.