Un nouveau patron pour les gendarmes axonais

Le colonel Carlos Mendes a pris ses fonctions le 1er août à la tête du groupement de gendarmerie de l'Aisne.

Le colonel Carlos Mendes a pris ses fonctions le 1er août à la tête du groupement de gendarmerie de l’Aisne.

AISNE – Le nouveau numéro un de la gendarmerie de l’Aisne vient de prendre ses fonctions le 1er août. Le colonel Carlos Mendes remplace le colonel Bruno Louvet à la tête du groupement axonais.

Ce polytechnicien de 41 ans est à la tête de près de 700 militaires, sans compter les 200 réservistes que compte le département. Auparavant, il dirigeait les effectifs et la masse salariale de la gendarmerie au niveau national.
Dès son affectation, le colonel a établi une première photographie de la délinquance dans l’Aisne et en a ressorti plusieurs priorités. « La première est évidemment la protection des personnes et les atteintes volontaires aux biens », estime l’officier qui veut aussi lutter activement contre les cambriolages.
Pour cela, il compte s’appuyer sur la participation citoyenne déjà encouragée par son prédécesseur. « Je souhaite développer les partenariats et en généraliser certains déjà existants », poursuit le colonel.
Concrètement, il compte poursuivre les actions comme les citoyens vigilants qui se développent depuis plusieurs années dans les différentes compagnies. Le dispositif d’alerte SMS auprès des commerçants ou des élus devrait être également généralisé.
Ancien commandant de l’escadron départemental de sécurité routière (EDSR) d’Haute-Garonne, il est aussi attaché à la sécurité sur les routes. « Dans l’Aisne, j’ai constaté encore beaucoup de conduites addictives. Beaucoup d’alcoolémie et pas des petits taux. Il faut que les gens prennent vraiment conscience qu’on ne conduit pas quand on a bu. » Un message « tout bête » mais qui ne passe toujours pas pour certains.
Autre spécificité du département : la présence massive de stupéfiants liée notamment à la proximité de la Belgique ou de la région parisienne. « La délinquance de passage est importante. La coordination avec les départements voisins est indispensable, » conclut ce père de trois enfants qui va entamer un tour des différentes brigades et connaître au plus près ses effectifs.

Source : L’Aisne Nouvelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *