Un millier de policiers prévoient sur Facebook de ne plus verbaliser du 1er au 15 novembre

Le mouvement est organisé indépendamment par un groupe Facebook secret, sans l’aval des syndicats. Le but, « couper les vivres de l’Etat » pour se faire entendre.

B9716514625Z.1_20180802202849_000+GQOBPT9KV.1-0

Des policiers de tout le pays prévoient de ne plus dresser de procès verbaux en cas d’infraction de roulage du 1er au 15 novembre prochains. L’action, organisée sur le groupe Facebook secret « Police Unifying Movement » sans l’aval des syndicats, devrait être suivie par au moins un millier de policiers, a indiqué mercredi à Belga l’un des membres du groupe, qui réunit d’après lui 21.965 personnes à ce jour.

«  On a décidé d’organiser cette action mardi, et un bon millier de policiers ont déjà marqué leur accord  », selon Pascal Rombaux, inspecteur de police et membre actif du groupe Facebook.

Une bonne leçon au lieu d’une contravention

Du 1er au 15 novembre, les fonctionnaires de police participants ne rédigeront plus de procès verbaux de roulage et ne solliciteront donc plus de perception immédiate d’amendes. Les automobilistes pris en infraction seront «  éduqués à la bonne conduite et au respect des règles de circulation  », précise toutefois M. Rombaux.

Intitulée « No Money », l’action se terminera le 15 novembre par un rassemblement sur la Grand Place de Bruxelles à 11h, afin de « fêter le Roi en grande contestation du gouvernement Michel ».

« Couper les vivres à l’Etat »

«  L’idée est de couper les vivres à l’Etat. Puisqu’il ne veut pas nous écouter  », justifie le policier. « Nous demandons de revenir à notre statut de 2001. »

Le mouvement a transmis sa très large liste de revendications au ministre de l’Intérieur Jan Jambon ainsi qu’aux parlementaires. «  Certains présidents de parti ont accepté de nous rencontrer. Mais le ministre ne réagit pas  », ajoute Pascal Rombaux.

Lancé mi-octobre notamment à la suite de la fusillade qui a blessé deux policiers à Jalhay, le groupe « Police Unifying Movement » entend défendre les fonctionnaires de police sans passer par les syndicats, jugés peu efficaces, divisés et mobilisés sur des combats pas essentiels.

Le SNPS, seul syndicat à avoir récemment félicité les initiateurs du mouvement tout en invitant à la prudence, a confirmé qu’il avait entendu parler de l’action mais souhaitait rester en retrait. «  Il y a de bonnes idées dans ce groupe mais on y lit aussi beaucoup de bêtises. Ca part dans tous les sens  », relève Thierry Belin, secrétaire fédéral.

 Source : Le Soir.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.