Un laboratoire anglais découvre du graphène dans les vaccins Covid-19 – Les scientifiques pensent que les vaccinés le transmettent aux non vaccinés

Après l’alerte initiale des espagnols de la Quinta Columna  c’est enfin un labo anglais qui confirme la présence non déclarée de graphène dans les « toxins ».

Presque en fin d’article lien d’une une revue indépendante qui démontre la toxicité du graphène.

Les vaccins Covid-19 ont fait l’objet d’un examen médico-légal au Royaume-Uni et un rapport de laboratoire confirme qu’ils contiennent des nanomatériaux de graphène, qui peuvent pénétrer les barrières naturelles de l’organisme et endommager le système nerveux central, et de l’oxyde de graphène qui peut endommager les organes internes, endomager le sang, déclencher un cancer et provoquer des mutations génétiques, parmi nombre d’autres effets délétères.

Une analyse plus approfondie du Dr Phillipe van Welbergen conclue que le graphène se transmet des vaccinés aux non vaccinés, pouvant détruire les globules rouges et provoquer des caillots sanguins.

Suite à son expérience avec des patients qui avaient subi des effets secondaires, apparemment liés au vaccin, un médecin britannique s’est présenté, en décembre 2021, pour proposer d’aider à une enquête visant à déterminer si les résultats découverts par les Dr Noack et Campra pourraient être reproduits au Royaume-Uni et également pour analyser des flacons d’injection COVID-19.

Le médecin à fournis un flacon d’injection dans le réfrigérateur de son cabinet et l’a remis à un enquêteur indépendant, qui l’a aidé à enquêter sur des cas liés à des effets secondaires, apparus à la suite d’injections, administrées dans le cadre du déploiement.

D’autres flacons ont été obtenus depuis les trois principaux fabricants au Royaume-Uni : Pfizer, Moderna et AstraZeneca.

Le contenu des flacons a fait l’objet d’un examen médico-légal et un rapport de laboratoire a maintenant été officiellement publié.

Le rapport intitulé « Évaluation qualitative des inclusions dans les vaccins Moderna, AstraZeneca et Pfizer Covid-19 » a été présenté à la police, impliquée dans l’affaire pénale britannique 6029679/21. Ce rapport valide une forte suspicion que de graves des actes criminels ont été commis concernant l’administration de traitements expérimentaux.

Le rapport contient les rapports de toxicologie des flacons d’injection qui ont été examinés par des médecins légistes, avec des conclusions qui fournissent « plus que suffisamment de motifs » pour que la police demande un mandat de la loi de 1984 sur la police et les preuves criminelles et saisisse les flacons d’injection.

La police pourra ensuite les soumettre à un laboratoire du ministère de l’Intérieur en vue de reproduire les conclusions et leur permettra de posséder leurs propres preuves tangibles à l’appui d’actes criminels graves.

De plus, la police, conformément au devoir de diligence envers le public, a été invitée à demander l’arrêt immédiat du déploiement du traitement expérimental.

Le rapport : Évaluation qualitative des inclusions dans les vaccins Moderna, AstraZeneca et Pfizer Covid-19 – par UNIT

Quatre flacons de vaccins ont fait l’objet de l’enquête.

Deux échantillons Moderna et 1 échantillon AstraZeneca et 1 échantillon Pfizer ont été prélevés pour examen, afin d’analyser le contenu et d’identifier si des composants non déclarés y étaient présents.

Voici la liste des ingrédients déclarés dans chaque vaccin par les fabricants –

Les inclusions non déclarées par les fabricants ont fait l’objet de cette analyse particulière, principalement le graphène et les nanostructures liées au carbone, sous forme de composites de carbone ou de graphène, le graphène en association avec du polyéthylène glycol, de l’oxyde de graphène, des composés d’oxyde de fer et de la calcite.

Les quatre flacons

L’analyse du contenu des quatre flacons a identifié des objets similaires et a été défini et illustré individuellement dans le rapport.

Les inclusions identifiées étaient :

  1. Nano rubans de graphène recouverts de polyéthylène glycol
  2. Forme composite de graphène 1.
  3. Forme composite de graphène 2.
  4. Calcite microcristalline avec inclusions carbonées.
  5. Graphene Nano Form avec et sans fluorescence
  6. Nano objets en graphène
  7. Nano-rouleaux de graphène

Moderne 01

Le premier échantillon qui a été évalué était le Moderna 01 qui a été examiné par spectroscopie Raman. L’enquête a clairement montré que toutes les inclusions dans le vaccin ont un fort signal carbone avec des compositions de graphène désactivées de certaines formes représentatives.

Deux signaux clairs ont été obtenus à partir de deux objets. Les inclusions plates en forme de ruban présentaient des spectres de graphène clairs, intégrés au spectre du glycol et d’autres composés mineurs. L’autre signal clair a été obtenu à partir d’une forme microcristalline de calcite et les formes composites de carbone avaient également un signal de graphène clair.

Il est important de souligner que certaines formes de carbone nano-amorphe ont montré un signal de graphène clair, cependant, ces formes ont également montré une fluorescence qui masquait le pic de graphène.

Moderne 02

Les particules qui portent la charge d’ARNm ont été clairement vues et le composite de graphène 01 était bien présent même à faible résolution et les objets de nono-graphène étaient présents en « grande abondance » dans l’échantillon du flacon.

AstraZeneca

AstraZeneca était le troisième vaccin qui a été évalué pour son inclusion, et comme il était presque transparent, il a rendu « le repérage des couleurs inhérentes légèrement plus facile ». Sous observation au microscope humide, la solution présentait un mouvement instantané de matériau particulaire nanoscopique qui, lorsqu’il était observé de près, semblait être entraîné par un courant de convection.

Lorsqu’elles sont sèches, les particules présentent un mouvement de traction. Dans la figure, 3.21 la forme microscopique est clairement visible, car elle repose sur un film solide tandis que les nanoparticules sont toujours en mouvement à l’arrière-plan, comme le montre la position changeante de l’ombre. Un résultat clair de ce mécanisme était qu’à mesure que le milieu se solidifiait, il devenait plus difficile pour les nanoparticules de naviguer à travers le matériau visqueux.

Les inclusions confirmées dans l’AstraZeneca concernaient la présence de graphène dans toutes les formes représentatives identifiées. Les composites de carbone sont de deux formes, comme dans les vaccins Moderna. Ces deux formes ont montré des signatures de graphène distinctes. De plus, outre le graphène, le spectre est dominé par l’oxyde de fer et d’autres formes d’associations de carbone.

Pfizer

Pfizer était le quatrième flacon de vaccin évalué pour ses inclusions. Le spécimen dans la pipette a montré des inclusions extrêmement intéressantes. Au fur et à mesure que le matériau était aspiré dans la pipette, des feuilles translucides à transparentes distinctes ont été vues flottant comme le montre la figure 3.28.

Trois de ces échantillons présentaient des signatures composites de carbone avec éventuellement du graphène. Les signaux des matériaux amorphes de type carbone étaient extrêmement complexes, avec du carbone ainsi que de l’oxyde de fer et plusieurs autres composés qu’ils contenaient. 

Des formes de ruban de microformes presque transparentes se trouvent en bon nombre dans la diapositive. Ceux-ci sont souvent à moitié intégrés dans la solution, avec une extrémité faisant saillie à l’extérieur du matériau. Les composites de carbone des formes 1 et 2 sont également présents en grand nombre. La forme 1 se dépose au-dessus du matériau, tandis que la forme 2 se trouve à mi-niveau du milieu solidifié. Les nanoformes de graphène sont présentes en bon nombre dans le matériau de la lame avec quelques rouleaux. Illustration 3.32 représentants des inclusions trouvés dans le vaccin Pfizer.

Les signaux des matériaux amorphes de type carbone étaient extrêmement complexes avec du carbone ainsi que de l’oxyde de fer et plusieurs autres composés qu’ils contenaient. Le complexe de graphène 1 est du graphène avec un signal de polyéthylène glycol formant la majeure partie du spectre. Cependant, pour les premières évaluations, cette étude peut confirmer la présence de graphène dans Pfizer.

Notamment, l’un des échantillons qui a été traité a montré une bonne influence de la fluorescence.

Conclusion

Les trois vaccins utilisent couramment les nanoparticules lipidiques auto-assemblées comme mécanismes d’administration de médicaments. Là où la découverte centrale de ce projet a été la confirmation de la présence de graphène dans les quatre échantillons, il est important d’évaluer cette découverte dans le contexte du sujet lui-même.

Il est également important de mentionner que la source de fluorescence dans les échantillons était inconnue pendant que les enquêtes étaient en cours et qu’en raison des délais serrés, elle n’a pas pu être étudiée à ce moment-là.

Une revue en libre accès mettant en évidence la toxicité des nanoparticules de la famille des graphènes peut être consultée ici.

Source

En conclusion, on peut affirmer que les quatre échantillons de vaccins (Moderna 1, Modern 2, AstraZeneca, Pfizer) contiennent tous des quantités importantes de composites de carbone, de composés de graphène et d’oxyde de fer.

Ces ingrédients n’ont pas été déclarés par les fabricants et sont absents de la liste des ingrédients des vaccins. Cependant, des études montrent à quel point la famille des graphènes est dangereuse, mais les individus n’ont pas été informés qu’ils recevaient une injection de la substance mortelle.

Le rapport du laboratoire peut être lu dans son intégralité ici.

Une autre analyse d’échantillons de sang menée par le Dr. Philippe van Welbergend a démontré que le graphène injecté aux personnes s’organise et se développe en fibres et structures plus grandes, acquérant des propriétés magnétiques ou une charge électrique. Les fibres montrent des indications de structures plus complexes avec des stries.

Il a également démontré que des morceaux de graphène sont transmis de personnes « vaccinées » à des personnes non vaccinées, détruisant leurs globules rouges et provoquant des caillots sanguins.

Le rapport complet sur la « perte » de graphène peut être lu dans son intégralité ici .

Source

Source : L’Echelle de Jacob

Répondre à Martine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.