Un homme retrouvé mort à Pertuis dans une voiture brûlée

La victime retrouvée décédée n’était donc pas titulaire de la carte grise du véhicule retrouvé carbonisé

Faits divers - Justice - Un homme retrouvé mort à Pertuis dans une voiture brûlée
Bernard Marchal : “Le corps est très abîmé”. Photo A.E.

Hier en milieu de matinée, une Peugeot 407 carbonisée a été découverte par des passants à Pertuis, dans le vaste quartier de la Loubière, en périphérie, au sud de la commune. À l’intérieur de cette voiture encore fumante à l’arrivée des témoins, sur le siège avant passager, se trouvait une personne -a priori un homme- qui, pour l’heure, n’a pu être identifiée. “Le corps est très dégradé”, a indiqué le procureur de la République d’Avignon, Bernard Marchal.

Très vite un important dispositif a été mis en place par la compagnie de gendarmerie de Pertuis et le Groupement de gendarmerie de Vaucluse. Le secteur a été bouclé pour permettre aux techniciens en identification criminelle de débuter leurs premières investigations de police technique et scientifique. La Section de recherches de Marseille a été saisie de cette affaire qui s’annonce délicate pour les enquêteurs.

“A priori pas d’impacts de balles”

Selon nos informations, la Peugeot 407 incendiée aurait été vendue et revendue maintes fois, et les enquêteurs ont, semble-t-il, eu des difficultés à déterminer son propriétaire. Ce dernier, finalement identifié, a pu être interrogé par les gendarmes en fin de journée. Toujours selon nos sources, la victime retrouvée décédée n’était donc pas titulaire de la carte grise du véhicule retrouvé carbonisé, à moins qu’il n’ait pas encore effectué la mutation de ce document administratif.

Hier soir, dans le quartier de la Loubière où se sont sédentarisées depuis des années des familles issues de la communauté gitane, l’inquiétude était palpable. L’un d’eux, un pilier de cette communauté, était introuvable depuis plusieurs heures. Ses proches ne parvenaient pas non plus à le joindre sur son téléphone portable. Si pour l’heure aucun lien n’a pu être établi entre cette disparition et la découverte de ce corps, des interrogations subsistent.

Une source proche de ce dossier nous indiquait hier qu’il n’y avait “a priori pas d’impacts de balles sur la voiture donc soit la personne a été abattue avant, soit elle a été tuée d’une autre manière, soit elle a été brûlée vive”. Voici les hypothèses sur lesquelles travaillent activement les gendarmes sous l’égide de Bernard Marchal, procureur de la République d’Avignon, dans le cadre de cette affaire criminelle. Vendredi après-midi, une autopsie du corps de la victime ordonnée par le parquet sera pratiquée à l’Institut Médico-Légale de Nîmes. Ses conclusions permettront d’en savoir davantage sur les causes de son décès.

Source : La Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *