Un gendarme se tue dans une collision sur la D622 à Lescout

collision dans le Sud-Tarn

La voiture a littéralement explosé. Le conducteur, un gendarme de 50 ans, n'a pas survécu./ Photo DDM, S.B.

La voiture a littéralement explosé. Le conducteur, un gendarme de 50 ans, n’a pas survécu./ Photo DDM, S.B.

Un terrible accident de la circulation vient d’endeuiller le corps de la gendarmerie nationale : un officier de la brigade de recherches de Villefranche-de-Lauragais en Haute-Garonne a perdu la vie hier en fin de matinée sur la départementale 622 entre Revel et Lescout, peu avant le chemin d’En Lattes. La collision s’est produite peu avant midi sur la commune de Lescout. À bord d’une Clio bleue, l’officier se rendait sur Castres où il devait rejoindre la compagnie pour des vérifications dans le cadre d’une enquête en cours concernant un trafic de stupéfiants. Selon le chauffeur d’un semi-remorque du Puy-de-Dôme, «le véhicule roulait à vive allure.

«Il venait juste de me dépasser, ajoute le conducteur. D’un coup, j’ai vu une énorme fumée blanche. Il venait d’entrer en collision avec un camion arrivant en sens inverse.»

Ce camion espagnol arrivait, lui, de livrer du verre à la société Coprover sur la zone de la Chartreuse à Castres ; il roulait en direction de Revel avec l’intention de rejoindre l’A61. «Je n’ai pas eu le temps de réagir, indique encore sous le choc le chauffeur Ibérique. J’ai vu une voiture qui dépassait un semi ; il n’avait pas le temps matériel de finir son dépassement. Le conducteur, pour m’éviter, a donné un coup de volant ; il est parti en crabe et m’a heurté l’avant gauche de la cabine avec la partie latérale arrière de sa voiture ! Puis, tout est allé très vite…»

Très vite en effet. La Clio a tournoyé et est allée exploser au creux d’un fossé bordant la route, laissant au passage une partie de sa carrosserie, une roue (retrouvée à plus de 100 m dans un champ !) et du matériel d’enquête contenu dans le coffre.

Les secours se sont rapidement transportés sur les lieux prévenus par des témoins dont un motard extrêmement choqué. Ce sont les sapeurs-pompiers de Puylaurens, sous les ordres du lieutenant Alain Norkoswski, qui ont procédé à l’intervention, rapidement suivis par le Smur de Castres. Les médecins, malgré leurs efforts, ne pouvaient que constater le décès de la victime aux environs de 12 h 30.

Père de 5 enfants

Arrivés eux aussi sur le site, pour procéder aux premières constatations et à la régulation de la circulation (longtemps interrompue dans les deux sens), les gendarmes de Puylaurens ont découvert qu’il s’agissait de l’un des leurs : l’adjudant Thierry Bergheaud, 50 ans tout juste, affecté à la brigade de recherches de Villefranche de Lauragais.

L’adjudant était marié et père de 5 enfants ! Son major était immédiatement prévenu ; et c’est lui qui eut la terrible mission de procéder à l’identification de son officier. Peu après, le commandant de la compagnie de Villefranche et celui de la compagnie de Castres, Ludovic Vestieu, se rendaient sur place. Puis les rejoignait le colonel Pierre Bouquin, commandant du groupement départemental (lire encadré). La consternation régnait.

Un enquêteur de la brigade de recherches de la gendarmerie Villefranche-de-Lauragais a perdu la vie hier matin à la suite d’une collision avec un camion près de Lescout.


La gendarmerie très affectée

«C’est un drame épouvantable et c’est à la famille que je songe d’abord», indique le colonel Pierre Bouquin, qui commande le groupement de gendarmerie départementale du Tarn. «Sa femme, ses enfants… Toute la famille de la gendarmerie est évidemment excessivement touchée, dont ses plus proches collègues et en particulier son chef direct», poursuit le colonel. «Nous sommes tous frappés par ce qui vient de se passer, insiste à son tour le commandant Ludovic Vestieu. Nous devons soutien à sa famille et réconfort à ses collègues.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *