Un forcené maîtrisé par la gendarmerie à Nantoux

gendarmerie

La gendarmerie de Côte-d’Or revient sur l’histoire du forcené de Nantoux : 
Le 3 octobre vers 13 heures, les gendarmes de la brigade de Beaune interviennent à Nantoux sur un cambriolage et des dégradations commises sur une habitation. Ces dégradations sont découvertes par les propriétaires des lieux rentrant d’une course à l’extérieur. En fait les gendarmes découvrent qu’il s’agit d’un tir sur une habitation avec une arme de gros calibre par un individu. Après une enquête rapide de voisinage, les soupçons se portent sur un voisin des lieux.
L’individu schizophrène et alcoolisé, contacté par deux gendarmes, dont le capitaine Moreau, commandant en second de la compagnie de Beaune, se retranche chez lui. Les gendarmes de la compagnie de Beaune mettent alors en place un bouclage de sécurité.
Vers 17 heures, les négociateurs régionaux de la région Bourgogne se rendent sur place ainsi que le colonel Olivier Kim, commandant la région de gendarmerie de Bourgogne et le groupement de la Côte d’Or. Des contacts sont établis avec le maire du village. Par précaution, le colonel Olivier Kim fait évacuer le voisinage et demande aux riverains de fermer leurs ouvertures. Les autorités administratives et judiciaires sont également avisées par le commandant de Région. Vers 20 heures 30, alors qu’un briefing de situation est effectué par le colonel, commandant du groupement de la Côte d’Or avec les négociateurs et le PSIG de Beaune, l’individu tire en direction des gendarmes sans heureusement atteindre personne.
Avec l’accord des autorités d’emploi et de la direction générale de la gendarmerie nationale, le Peloton d’Intervention Inter-régional de Dijon (PI2G) est immédiatement requis par les autorités de la gendarmerie. Les sapeurs pompiers et le SAMU 21 apportent un soutien santé en cas de blessés chez les gendarmes ou toute personne nécessitant des soins . Le PI2G arrive vers 21 heures 30. Vers 22 heures 30, madame Jeanne Delatronchette, substitut de permanence près le TGI de Dijon se transporte sur les lieux et saisit le commandant de groupement de gendarmerie de la Côte d’Or et les unités placées sous ses ordres, en flagrance pour violences avec arme sur dépositaire de l’autorité publique et dégradation du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes. A 4h00, les gendarmes du PI2G interpellent l’individu alors qu’il tente une sortie dans sa cour. Eu égard à son état, il fait l’objet d’un placement en soins psychiatriques.
Madame Marie-Hélène Valente, secrétaire générale de la Préfecture, tenue informée du déroulement des opérations, a félicité l’ensemble des intervenants.

45 gendarmes sous le commandement du colonel Olivier Kim et du lieutenant-colonel Philippe Talucier chef de la division des opérations ont été engagés sur cette opération. Selon le commandant de la Région Bourgogne, cela démontre « la capacité de la gendarmerie à monter en puissance, son professionnalisme et la complémentarité de ses moyens. Le principal étant que tout se soit terminé sans effusion de sang. L’exercice effectué par les gendarmes dans la région de Châtillon sur Seine , le 18 septembre 2015, avec les négociateurs régionaux et les PSIG de la région de gendarmerie de Bourgogne a porté tous ses fruits »

Source : Gazette Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.