Ukraine : le Chaudron de Lysichansk – ( La suite ou le CHAUDRON DE LA VAX )

Ce jour 23 Juin 2022 nous publions l’article suivant : « Ukraine : le Chaudron de Lysichansk. Moral en baisse. Plus de provocations« . En réponse notre fidèle lectrice, Sophie, Nous apporte quelques commentaires avec matière à réflexion, le tout sourcé par des liens intéressants.

Tout en remerciant vivement Sophie, nous désirons partager avec vous le fruit de ses réflexions :

Sophie dit :

Et le CHAUDRON DE LA VAX avec la complicité des autorités russes et occidentales, il serait peut être temps d’en parler, non ?

https://edwardslavsquat.substack.com/p/russia-and-the-who-friends-with-benefits

« La Russie et l’OMS : des amis avec des avantages

Après plusieurs semaines de querelles passives-agressives, la Russie et l’OMS sont malheureusement toujours « un élément » et elles pourraient même faire passer leur relation calamiteuse au niveau supérieur : la certification par injection Covid.

S’exprimant lors du Forum économique international de Saint-Pétersbourg le 18 juin, Melita Vujnovic, représentante de l’OMS en Russie, a annoncé que les négociations entre l’Organisation mondiale de la santé et le Fonds russe d’investissement direct (RDIF) concernant la reconnaissance de Spoutnik V étaient sur la bonne voie. Une inspection des installations de fabrication en Russie pourrait avoir lieu dans les mois à venir, selon Vujnovic.

« La coopération continue malgré les moments difficiles. L’OMS est une plate-forme de coopération multilatérale sur le thème de la santé, et notre tâche principale est de supprimer toutes les barrières, tous les obstacles à la coopération scientifique et pratique », a déclaré le représentant de l’OMS.

C’est une excellente nouvelle pour le RDIF, qui s’est associé à des trafiquants de pilules louches et à AstraZeneca pour rendre Spoutnik V accessible au monde entier, et aussi pour fabriquer des montagnes de roubles. Il y a actuellement 100 millions de doses de boue génétique non prouvée « sûre et efficace » qui pourrissent dans les entrepôts russes, donc le temps presse.

Mais par mesure de précaution fondée sur la science, les fabricants ont « prolongé la durée de conservation » du médicament. C’est directement de TASS, au fait:

(Voir source dans l’article)

Mais revenons à l’état de la relation.

Un jour plus tôt, le 17 juin, Vujnovich a révélé que l’OMS, malgré les menaces précédentes, ne fermerait pas son bureau à Moscou.

« Le bureau de pays de l’OMS est ici, n’est allé nulle part, ne va nulle part et continue son travail normal », a-t-elle déclaré.
« Nous ne mentirons pas : si vous vous attendiez à ce que la Russie quitte l’OMS dans un avenir proche, vous devrez peut-être continuer à attendre. Vous pourriez attendre très longtemps, en fait. »

Le 16 juin, Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe, a participé à une table ronde du SPIEF (Davos de St Peterbourgh) sur la manière d’injecter au plus grand nombre des vaccins de « nouvelle génération ».

Mikhail Murashko, ministre russe de la Santé et membre du Conseil exécutif de l’OMS, était un autre panéliste.

Même le Dr Tedros a fait une apparition au SPIEF (via webcam).

Pendant ce temps, Murashko ne peut s’empêcher de parler d’injections contre la variole du singe et du « rôle de premier plan » de l’OMS dans la « gouvernance mondiale de la santé ».

Le ministre russe de la Santé a fait la déclaration ci-dessus environ deux semaines après que l’OMS a adopté une résolution condamnant la Russie pour « avoir causé une grave entrave à la santé de la population ukrainienne, ainsi que des impacts régionaux et plus larges que régionaux sur la santé ». (Voir source dans l’article)

Cependant, il y a eu un bref moment de bon sens lorsque la vice-ministre russe de la Santé, Alexandra Dronova, a pris la parole lors de la 75e Assemblée mondiale « du meurtre » le mois dernier.

« Nous soutenons le travail conjoint pour renforcer l’architecture mondiale de la santé. Elle doit reposer sur les principes de consensus, de transparence, d’impartialité. Le développement d’un nouvel outil international de réponse à la pandémie de l’OMS et l’apport de modifications spécifiques aux règles internationales de santé et d’assainissement ne doivent pas violer le droit souverain des pays de déterminer un ensemble de mesures de réponse d’urgence et sur leur territoire », a déclaré Dronova lors de son discours. Les pays du monde ont pu surmonter la phase aiguë de la pandémie grâce à un effort collectif sous le rôle de coordination de l’Organisation mondiale de la santé. »

Mais même ce refoulement ne semble pas fondamentalement changer quoi que ce soit. Comme Politico l’a rapporté le 28 mai, un compromis a été atteint par les membres de l’OMS concernant les modifications proposées au RSI :

L’Assemblée mondiale de la santé – la réunion annuelle des pays membres de l’OMS – a adopté une résolution dirigée par les États-Unis qui fixe le calendrier d’entrée en vigueur des amendements au Règlement sanitaire international (RSI). La résolution a failli être annulée après que plusieurs pays, dont le groupe Afrique, aient indiqué qu’ils avaient des réserves à son sujet.

Voir dans l’article le tableau des pays donateurs en ordre d’importance pour la période 2020/2021 à la World Health Organization (source The Moscow Times) :

1) Allemagne (687 millions $)
2) Fondation Gates (685 millions $)
3) Grande Bretagne (643 millions $)
4) Etats Unis (595 millions $)
5) Commission Européenne (434 millions $)
6) GAVI Alliance (254 millions $)
7) Japon (232 millions $)
8) Chine (193 millions $)
9) Rotary International (!!!!) (173 millions $)
10) Banque Mondial (162 millions $)

Sans oublier la Russie avec une contribution de 71 millions de $.

Mais qu’est ce que fout donc la Russie du « gentil » Poutine avec une association rassemblant les pires enflures occidentales qui a pour objet de mettre en place une dictature sanitaire avec injections de poison à répétition ?

Dictature multipolaire, oui ! C’est à dire continuer à faire un max de pognon en piquant toujours plus le troupeau humain avec objectif non avoué de dépopulation mondiale.

Les belles paroles dans les discours c’est du vent, Monsieur Poutine. Ce qui compte ce sont les actes. Surtout ceux qui se font discrètement loin du regard de la population. Et force est de constater que les autorités russes collaborent dans les projets de totalitarisme sanitaire de la clique mondialiste.

https://edwardslavsquat.substack.com/p/russian-fauci-craves-genetic-monkey

Toutes les sources de presse sont dans l’article

Alexander Gintsburg (Centre d’épidémiologie et de microbiologie du ministère de la santé russe), le Fauci russe espère très bientôt la distribution du vaccin génétique contre la variole du singe.

« C’est toujours réconfortant quand quelque chose de très prévisible se produit; c’est une preuve supplémentaire que le monde, malgré son apparence d’aléatoire chaotique, est en fait un endroit très ordonné et fiable. Parfois même carrément ennuyeux.

Exemple : Alexander Gintsburg a déclaré publiquement que 1. La Russie doit créer un nouveau vaccin pour se protéger contre la peste des singes (bientôt rebaptisée ?) et 2. qu’il pourrait facilement accomplir cette tâche, en utilisant sa suspension génétique non prouvée comme modèle, en seulement trois mois.

Ce mec a un vrai don pour dénicher des arnaques savoureuses ; il est comme un porc truffier, mais c’est plutôt un porc qui peut flairer des escroqueries délicieuses et extrêmement rentables.

Le grand cerveau derrière Spoutnik V était panéliste et invité d’honneur au Forum économique international de Saint-Pétersbourg, et comme prévu, il a fourni à TASS de nombreuses citations croustillantes :

« Bien sûr, il est nécessaire de créer [une nouvelle bouillie génétique non prouvée] », a-t-il déclaré en répondant à la question pertinente. « Aujourd’hui, personne ne peut expliquer pourquoi, sans aucune raison, cette infection n’était que sur le continent africain, et maintenant elle s’est propagée dans le monde entier, et ne l’efface que sur des liens non traditionnels, ce qui est bien, mais je J’ai peur que ce ne soit pas la seule explication bientôt. Chaque jour, le nombre de cas détectés ne cesse de croître. »

Mais qui créera ce vaccin « nécessaire » ? N’ayez crainte, Gintsburg est là :

Voir source dans l’article

« Nous pouvons utiliser des vecteurs adénoviraux, sur la base desquels Spoutnik V a été fabriqué, pour essayer de fabriquer notre propre vaccin. Nous n’aurons pas besoin de 10 ans, j’espère que si nous obtenons une telle tâche, nous pourrons l’achever en 3 à 7 mois », a déclaré Gintsburg en marge du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF).

Au fait : à quelle table ronde Gintsburg a-t-il participé ? Celui du changement climatique ? Non non non, bien sûr que non ; Le panel de Gintsburg a expliqué comment injecter efficacement à la plèbe des « vaccins de nouvelle génération » :

Voir source dans l’article

Parmi les autres panélistes figuraient : Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe ; Mikhail Murashko, ministre russe de la Santé et membre du Conseil exécutif de l’OMS ; et Veronika Skvortsova, la complice qui siège à un comité Virus Scam financé par Bill Gates avec son collègue le lézard de l’espace Anthony Fauci.

A savoir que le 10 avril 2021, Gintsburg déclarait que Spoutnik V fournira une immunité à vie contre le COVID-19.
Puis le 10 avril 2022, il ordonna aux Russes de se revacciner tous les six mois, pour toujours, et suggèra qu’il serait tout à fait acceptable de s’injecter deux rappels en même temps.

Sophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.