– Tu fais quoi samedi ? – Gendarme !

76 nouveaux réservistes de la gendarmerie ont reçu leurs insignes, vendredi à Metz. Nous avons rencontré Sébastien, le major de la promotion.

Sébastien Trupia a reçu son insigne des mains du général  de division Jean-Régis Vechambre, le patron des gendarmes  de tout l’Est de la France. Photo RL

Sébastien Trupia a reçu son insigne des mains du général de division Jean-Régis Vechambre, le patron des gendarmes de tout l’Est de la France. Photo RL

Sébastien Trupia fait des études de commerce international. Pourtant, il ne rêve pas de passer sa vie à courir d’un avion à l’autre pour faire signer des contrats et profiter d’un salaire annuel à six chiffres. Non, son rêve, il le vit déjà. Vendredi, il a reçu les insignes de réserviste de la gendarmerie des mains du général de division Jean-Régis Vechambre. Un privilège réservé au major de la promotion annuelle des nouveaux réservistes de Lorraine. Et le meilleur des 45 garçons et 31 filles qui ont rejoint la réserve cette année, c’est lui.

À 18 ans, le jeune homme originaire d’Œting va donc passer plusieurs journées par an dans une brigade de gendarmerie, pour épauler les gendarmes de carrière. Mais surtout pour apprendre le métier. Car comme beaucoup de ses camarades de promotion, il veut devenir gendarme.

« Depuis que je suis petit, je veux devenir militaire, témoigne-t-il. J’ai toujours voulu servir mon pays. Mais surtout servir ceux qui y vivent. Je veux aider les gens. C’est pour ça que j’ai décidé de devenir gendarme. »

Au cours des trois semaines de formation qu’il vient d’effectuer, il a découvert l’univers de la gendarmerie. Ses codes, ses valeurs, ses règles, ses armes, aussi. « J’ai adoré ça, sourit-il. L’esprit militaire, c’est fait pour moi. J’aime les choses carrées, les gens corrects, la justice. Je suis comme ça. » Il vise aujourd’hui le concours de sous-officier à la fin de ses études.

Un renfort nécessaire

En attendant, et dès le mois prochain, il communiquera ses disponibilités à la compagnie de gendarmerie de Forbach, qui fera appel à lui pour des missions ponctuelles. « Les réservistes sont là pour renforcer, pas pour remplacer », indique le colonel de réserve Michel Thivet, qui participe à la formation des réservistes. Un renfort dont la gendarmerie aurait bien du mal à se passer : « Sans les réservistes, bien des choses ne pourraient plus se passer », indique le général de division Vechambre.

En Lorraine, la réserve de la gendarmerie compte 1 444 hommes et femmes. Ils ont effectué 23 844 journées de service en 2012.

« Nous sommes des réservistes, mais nous ne sommes pas QUE des réservistes, insiste Sébastien Trupia. Nous représentons la France et portons ses armes, c’est une grande responsabilité. »

Anthony VILLENEUVE.

Source : Le Républicain Lorrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *