Trôo (Loir-et-Cher). Un homme tué par arme à feu, la gendarmerie enquête sur place

La gendarmerie est restée toute la matinée sur place.

La gendarmerie est restée toute la matinée sur place. – (dr)

Mise à jour : 15 h 30. Dans la nuit du dimanche 2 juin au lundi 3 juin, un homme a été blessé par arme à feu. Il est décédé ce lundi au matin des suites de ses blessures. La gendarmerie est sur place, dans une maison de la commune de Trôo, à 20 km à l’Ouest de Vendôme.

Mise à jour à jour : 15 h 30. D’après de nouvelless informations, l’homme de 29 ans décédé ce matin habitait Montlouis (Indre-et-Loire), ce dernier était un parent des habitants de la maison de Trôo.

—————

Dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 juin, un homme a été mortellement touché par au moins une balle dans l’abdomen dans, ou à l’extérieur d’une maison située sur la commune de Trôo. Il est décédé ce lundi matin des suites de ses blessures à l’hôpital du Mans, où il avait été transféré. La gendarmerie a été prévenue vers 3 h du matin quand deux personnes ont amené le blessé aux urgences du centre hospitalier de Saint-Calais (Sarthe).

Dans les heures qui ont suivi, les enquêteurs de la communauté de brigades de Saint-Amand-Montoire, les techniciens en investigations criminelles de Blois, la section de recherche d’Orléans se sont rendus sur la scène de crime. Le drame s’est déroulé dans une maison située à la limite du hameau de Chenillé sur la commune de Trôo, à 20 km à l’ouest de Vendôme.

La gendarmerie a effectué dans la matinée de ce lundi de nombreuses constatations et procédé à des prélèvements sur les extérieurs du bâtiment, dans les véhicules et dans la maison. En fin de matinée, aucune précision n’était donnée sur les circonstances qui ont précédé le coup de feu ayant entrainé la mort d’un homme de 29 ans.

Pour le moment, le parquet de Blois ne souhaite pas communiquer sur cette affaire criminelle et précise simplement que le corps de la victime a été transféré vers l’institut médico-légal de Tours où une autopsie doit être pratiquée dans l’après-midi.

Source : La Nouvelle République

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *