Trois corps découverts au siège de Don Bosco à Landerneau

Les cadavres de trois personnes – un homme et deux enfants – ont été découverts, ce mercredi matin, au siège de Don Bosco, à Landerneau.

Macabre découverte ce mercredi matin au siège de Don Bosco zone de Mescoat à Landerneau. Alors qu’elles allaient prendre leur service vers 7 h 45 deux salariées de l’association ont aperçu le cadavre d’un homme pendu à la passerelle d’accès au bâtiment. Appelés, les pompiers de Landerneau ont découvert deux autres corps près d’une voiture sur le parking du bâtiment de la direction générale. Selon nos informations, il s’agit de deux enfants du défunt, un garçon et une fille. Ils auraient été tués au couteau. La mère, habitant dans le quartier de Bellevue à Brest, a été prise en charge au commissariat de Brest où on lui a annoncé la dramatique nouvelle. Un médecin est avec les policiers. Le couple était séparé.

Une lettre annonçant le suicide retrouvée

Le procureur de Brest est sur les lieux aux côtés de la brigade de recherches de Landerneau en charge de l’enquête. Le site est bouclé. Les deux salariées ont été prises en charge par une psychologue. Le personnel de Don Bosco, une trentaine de personnes, a trouvé refuge dans un bâtiment proche de la zone tandis que les enquêteurs relèvent les indices. Sur les lieux, une inscription mentionnant un responsable de l’association aurait été retrouvée.

image: https://www.letelegramme.fr/images/2019/12/04/l-ime-de-kerlaouen-landerneau-ou-etait-scolarisee-l-une_4941203_540x348p.jpg

L’IME de Kerlaouen (Landerneau) où était scolarisée l’une des deux jeunes victimes. (Yann Le Gall)

La direction de l’IME de Kerlaouen – l’établissement médico-éducatif où était scolarisée la fille et qui dépend de Don Bosco – a fait part de relations compliquées avec le père de famille, qui manifestait régulièrement son mal-être depuis sa séparation avec la mère de ses enfants.

Don Bosco est une association qui intervient en action sociale, protection de l’enfance, insertion, formation et justice dans le Finistère et en Centre-Bretagne.

En milieu de matinée, des policiers se sont rendus au domicile brestois du père. Ils auraient retrouvé une lettre annonçant sa volonté de se suicider.

Les corps des victimes ont été enlevés des lieux du drame un peu avant 13 h. Des gendarmes de la brigade de Landerneau (dont la brigade de recherches), de la section de recherches de Rennes et des techniciens en investigation criminelle étaient toujours présents. Le procureur de Brest a prévu d’organiser une conférence de presse dans les heures à venir.
Source :  Le Télégramme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.