Treize contrôles de gendarmerie simultanés jeudi après-midi dans l’Audomarois

Les chiffres de la Sécurité routière ne sont pas bons. Ni en France, ni dans le département. Dans l’Audomarois, c’est moins catastrophique. Mais le bilan de ce début d’année est quand même insatisfaisant, comparé à celui de l’an dernier. C’est pour ça que ce week-end, les gendarmes frappent fort.


Contrôle hier après-midi à Thérouanne. Pas de souci pour cet automobiliste qui n’avait rien à se reprocher.

Contrôle hier après-midi à Thérouanne. Pas de souci pour cet automobiliste qui n’avait rien à se reprocher.

Combien y-a-t-il eu de contrôles jeudi ?

En fin d’après-midi, les gendarmes ont été présents à treize endroits différents : Thérouanne, Setques, Wavrans-sur-l’Aa, Saint-Martin-au-Laërt, Tatinghem, Tilques, Campagne-les-Wardrecques, Saint-Folquin, Zouafques, Ardres, Offekerque, Sainte-Marie-Kerque et Oye-Plage.

Les chiffres sont-ils mauvais dans l’Audomarois ?

Dix-sept personnes ont trouvé la mort sur la route depuis le début de l’année dans le Pas-de-Calais, huit de plus que l’an dernier. Le nombre de blessés a augmenté de 13,7 %, et celui des accidents corporels de 15 %. L’Audomarois est moins touché par cette tendance catastrophique, contrairement à l’Arrageois et au Béthunois. Mais selon le sous-préfet, Christian Abrard, il y a quand même une recrudescence des infractions routières.

Quelles sont les infractions majeures ?

L’alcoolémie, répondent les gendarmes. « On renforcera encore les contrôles, notamment à proximité des bars et des boîtes de nuit », annonce le capitaine Culembourg. « Pour ma part, je travaille avec les patrons des cafés, pour les sensibiliser, leur rappeler qu’il est interdit de servir de l’alcool à un client en état d’ébriété », rebondit le sous-préfet qui confie avoir décidé de fermetures administratives momentanées de certains établissements dans l’arrondissement. Actuellement, quelques-uns sont encore en sursis.

D’autres infractions sont constatées, comme la vitesse, l’usage du téléphone et les stupéfiants. « La consommation de produits illicites se développe et on interpelle de plus en plus d’automobilistes pour ce délit. »

Comment opèrent les gendarmes ?

Les militaires décident de ce qu’il faut faire en fonction que la personne arrêtée. Comme ce jeune homme interpellé à Thérouanne. « On a vu en discutant avec lui qu’il tremblait, qu’il n’était pas bien, explique un gendarme de la compagnie d’Aire-sur-la-Lys. On l’a donc soumis au dépistage des stupéfiants. » Résultat positif : l’automobiliste avait pris de l’héroïne. Son véhicule a été immobilisé et lui a été emmené au centre hospitalier d’Helfaut pour faire une prise de sang et mesurer la quantité de stupéfiants absorbée.

Quant aux contrôles de vitesse, il existe des endroits propices. « Quand les gens ne peuvent pas se faire d’appels de phare et qu’ils ne voient pas le radar. » Hier celui placé sur le pont de Quelmes qui passe au-dessus de la rocade de Lumbres a vu rouge plusieurs fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.