Toute peine mérite salaire.

Introduction.

Chers lecteurs, nous vivons une époque pleine de promesses, celle du dévoilement. En observant la confusion qui règne dans tous les domaines, nous constatons que « les masques tombent » et que la Vérité se fait jour. C’est une excellente nouvelle qui nous incite à prendre en main notre destin.

Je n’ai aucunement la prétention d’égaler le génie de Pierre DAC et de ses petites annonces, parues dans la revue « L’os à moelle » pendant la Seconde Guerre mondiale. Travaillant toujours aussi sérieusement, mais sans me prendre au sérieux, je vous propose d’aborder l’actualité économicopolitique et patrimoniale, de façon plus… légère.

La petite annonce du jour :

« Ancienne femme politique avec nombreuses références, recherche poste de chroniqueuse dans un média sérieux. Prétentions financières à la hauteur de son expérience. BFM TV s’abstenir ».

Vous avez peut-être encore en mémoire, la récente polémique suscitée par une femme « Royal » !!! ???

Bien que je confonde parfois souvent l’español et le français, je n’ai pas fait de fôte d’orthographe. En effet, je n’évoque pas sa majesté, la reine d’Angleterre (paix à son âme), mais bien notre « Ségolène nationale ». Pour mes concitoyens qui ont, parait-il, la mémoire courte, voici un bref rappel des faits :

Le 1er courant, sur les antennes de la chaine BFM TV, Ségolène ROYAL déclare que la « propagande de guerre, notamment celle de l’Amérique et de l’Ukraine, a empêché le processus de paix ». Aussitôt, c’est la « panique à bord » de la bien-pensance « merdiatique » et la remise en cause « en règle », des propos issus de « la bravitude Royale ». S’en suit, la décision de la chaine, de se séparer des services de « l’amie Ségo ».

Laissons les fabricants de polémique alimenter « leurs gamelles » et penchons-nous sur les points qui me paraissent essentiels dans cette affaire. Pour votre information, trois fois par mois, dans ma lettre confidentielle : « Rendez-vous d’Hubert », je vous aide à comprendre « le dessous des cartes » et vous prodigue de précieux conseils pratiques, pour protéger votre patrimoine.

Revenons sur un « détail ». Vous savez ? C’est l’endroit où « se cache le diable » . Dans les déclarations de Marc-Olivier FOGIEL, directeur général de BFM TV, je relève : « Il se trouve qu’elle était chroniqueuse sur BFM TV, je ne me voyais pas lui donner la parole sur l’antenne sans qu’elle n’y revienne et qu’elle s’en explique ». Ainsi, Ségolène était employée par BFM TV !!!

Cela me permet de revenir sur un sujet que j’ai déjà abordé dans mon billet du 12 mars 2019. Celui de la « porosité » entre les milieux politiques et médiatiques. Autrement dit, la porte ouverte à la transformation du journalisme en propagande politique !!!

Dans ce billet, je rapporte le phénomène du « pantouflage ». C’est la possibilité pour un haut fonctionnaire, de « faire carrière » alternativement dans le privé, puis dans l’administration, ou pire, dans les hautes sphères du pouvoir politique.

Serait-ce l’argent qui attitre Madame Royal ? En mai 2017, « elle s’voyait déjà » bien en chroniqueuse politique. En septembre 2020, elle est « débatteuse régulière » sur la chaine LCI. Elle était aussi « chroniqueuse » sur BFM TV depuis la rentrée. L’argent, toujours l’argent… en plus du pouvoir. Débatteur, chroniqueur, influenceur… les journalistes ne sont plus là, que pour propager la « bonne parole ».

L’ex « chroniqueuse Ségo » n’est pas la seule ni la première femme politique à « faire une autre vie » dans les médias. Roselyne BACHELOT a été, de 2002 à 2004, ministre de l’Écologie et du Développement durable. De 2007 à 2012, elle est successivement : ministre de la Santé, puis ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale.

Puis, c’est « l‘intermède médias » de 2012 à 2016, ou pour la chaine de télévision C8, elle est chroniqueuse, puis animatrice de sa propre émission. Parallèlement, elle participe aussi à l’émission de radio « Les grosses têtes », sur RTL.

Le 6 juillet 2020, elle revient en politique avec sa nomination au poste de ministre de la Culture… jusqu’au 20 mai 2022. Ironie du sort, elle revient maintenant sur BFM TV… au poste qu’occupait Ségolène avant de se faire « virer »!!!

Ne croyez pas que c’est simple de passer de la politique aux médias. Il faut recevoir « l’onction » de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Encore « un machin » dont je vous entretiens régulièrement de ses hauts et de ses bas.

Elle a tranché : pour « l’amie Roro », pas question d’aller à Radio France , mais d’accord pour RTL et BFM TV. J’allais oublier… en tant que chroniqueuse, elle gagnait 20 000 € par mois à ses débuts sur C8 !!!

Un autre fait « troublant », relevé par le toujours bien informé Éric VERHARGHE. Il nous apprend que le 12 courant :

« le Président de la République était reçu à huis clos par l’association de la presse présidentielle. Pendant deux heures, il a distillé ses éléments de langage à des journalistes sommés de n’en citer aucun entre guillemets…ceux-ci ont globalement joué le jeu, en s’interdisant de décrire exactement les conditions de cette bizarre conférence de presse ».

Vous avez dit « journaliste » ???

« On ne peut pas dire la vérité à la télé : Il y a trop de monde qui regarde »

(Michel Colucci dit Coluche)

Chers lecteurs, médiaphiles ou médiaphobes, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.