Tirs sur les brigades de gendarmerie d’Ardres et Audruicq en 2011 : deux suspects arrêtés


Les brigades de gendarmerie d’Ardres et Audruicq avaient été les cibles de plusieurs coups de fusil de chasse en janvier 2011.

Les brigades de gendarmerie d’Ardres et Audruicq avaient été les cibles de plusieurs coups de fusil de chasse en janvier 2011.

Dans la nuit du 16 au 17 janvier 2011, un ou plusieurs individus tirent trois coups de fusils sur la gendarmerie d’Ardres. Quelques minutes plus tard, ces faits se reproduisent neuf kilomètres plus loin, sur les bâtiments des gendarmes d’Audruicq. Les lieux sont vides et les dégâts superficiels. Le lendemain, des techniciens d’investigations criminelles d’Arras se rendent sur place pour tenter de reconstituer le déroulement de la soirée et trouver d’éventuels indices.

Mais les deux brigades se situent à l’écart des habitations et les témoignages sont rares. Seule une personne indique avoir aperçu une voiture s’arrêter devant la première gendarmerie attaquée. Des plombs retrouvés au sol permettent de conclure que l’arme utilisée est destinée à la pratique de la chasse.

À l’époque, une enquête est ouverte et confiée à la brigade de recherches de Saint-Omer. Les enquêteurs disposent de peu d’éléments et ne parviennent pas à éclaircir cette affaire. Le commandant Lécluse de la compagnie de Saint-Omer déclarait alors : « Aucune piste n’est écartée, aucune hypothèse n’est exclue. Ça peut relever d’un contentieux local, ou d’une attaque contre une représentation de l’État ».

Une nouvelle enquête commence un an après les faits. Deux suspects sont finalement interpellés lundi matin dans les environs d’Oye-Plage et de Nortkerque. Les deux hommes d’une cinquantaine d’années sont placés en garde à vue à Audruicq et Saint-Omer.

L’un d’eux est relâché mardi après-midi, faute d’éléments. Le second est présenté devant le juge d’instruction de Saint-Omer, placé sous contrôle judiciaire et mis en examen. L’instruction suit son cours. La date du jugement du principal suspect n’est pas connue pour le moment.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *