Suicide d’un policier mosellan : la famille veut porter plainte

Les parents du policier de 46 ans qui s’est donné la mort avec son arme de service, dimanche dernier à Puttelange-aux-Lacs, ont mandaté un avocat afin de porter plainte contre X pour harcèlement moral au travail.

Mercredi soir, à 22 h 30, une cinquantaine de policiers se sont réunis devant le commissariat de Freyming-Merlebach pour rendre hommage à leur collègue qui s’est donné la mort et évoqué de graves problèmes relationnels au sein de ce commissariat de la circonscription de Forbach. La compagne du défunt était également présente.  Photo Marion BOUR

Mercredi soir, à 22 h 30, une cinquantaine de policiers se sont réunis devant le commissariat de Freyming-Merlebach pour rendre hommage à leur collègue qui s’est donné la mort et évoqué de graves problèmes relationnels au sein de ce commissariat de la circonscription de Forbach. La compagne du défunt était également présente. Photo Marion BOUR

 

Rebondissement dans l’affaire du policier qui s’est suicidé dimanche dernier, avec son arme de service, à Puttelange-aux-Lacs.

Ses parents, qui habitent également à Puttelange-aux-Lacs en Moselle-Est, ont décidé de prendre l’attache d’un avocat dans le but de déposer une plainte contre X. La famille (parents, frère, compagne) estime que leur proche a été victime de « harcèlement moral au travail de la part de certains collègues de son service », au commissariat de Freyming-Merlebach.

Copie à l’IGPN

« La plainte sera déposée dès la semaine prochaine auprès du procureur de la République de Sarreguemines », promet Me Dominique Rondu, mandaté par la famille en deuil. Une copie de cette plainte sera transmise à l’IGPN (inspection générale de la police nationale). « Nous demandons qu’une enquête soit ouverte sur des événements ayant eu lieu au commissariat de Freyming-Merlebach avant le décès du policier », poursuit l’avocat messin.

De graves problèmes relationnels entre policiers ont plombé l’ambiance au sein du commissariat de Freyming-Merlebach ces derniers mois. La hiérarchie est également montrée du doigt par la famille pour n’avoir pas su réagir ou mettre fin à ces problèmes.

Sale ambiance au commissariat

Mercredi soir, des policiers de la circonscription de Forbach, dont fait partie le commissariat de Freyming-Merlebach, s’étaient réunis pour rendre hommage à leur collègue disparu. Déjà, le malaise au sein de ce commissariat du Bassin houiller avait été évoqué avec insistance.

Le major qui s’est donné la mort dimanche dernier était en poste à Saint-Avold depuis 17 ans et venait d’être nommé à la tête d’une brigade à Freyming-Merlebach. Mais il aurait été la victime de l’hostilité agressive de plusieurs collègues.

Kévin GRETHEN et Stéphane MAZZUCOTELLI

Source : Le Républicain Lorrain

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.