Stella et Merlimont : gendarmes et CRS en renfort cet été n’ont pas chômé

Jeudi soir, à quelques jours de la fin de la saison, le maire Walter Kahn et les élus ont accueilli les renforts de gendarmerie et de sauveteurs.

PHO_0_depart_renforts

Avec la météo particulièrement clémente cette saison, l’affluence a été très soutenue. Sept sous-officiers et cinq réservistes de la gendarmerie étaient présents pour les stations de Merlimont et Stella-plage, sous les ordres du Major Dauchez. « Pour assurer la sécurité il y avait chaque jour des patrouilles à pied, en voiture et à vélo, explique ce dernier. Nous tournions de 9 heures du matin jusque 3-4 heures dans la nuit. »

Ces patrouilles ont d’ailleurs eu fort à faire entre les vols à la roulotte, les ventes de contrefaçons, les saisies de drogues douces, l’alcool au volant, les vols de voitures et les exhibitionnistes. Les gendarmes ont également pu empêcher une femme, disparue depuis plusieurs jours avec une arme à feu, de mettre fin à ses jours sur la digue de Merlimont en pleine journée.

Prévention et répression

La circulation a posé problème, les routes étaient surchargées. « D’habitude nous avons des problèmes de circulation sur les pénétrantes, poursuit le major Dauchez. Cette année, c’est la D940, entre les feux de Merlimont et ceux à l’entrée de Berck, qui bouchonnait chaque fin de journée. »

Malgré les sollicitations classiques, la gendarmerie a néanmoins pris le temps de réaliser des actions de prévention au sein de centres de loisirs de Merlimont. C’est l’adjudant Anthony Dupont de la brigade de prévention de la délinquance juvénile (BPDJ) qui s’en est chargé. « Cela a permis aux animateurs de renforcer leur discours par rapport aux effets des drogues et de l’alcool, souligne-t-il. Si c’est possible, nous anticiperons d’avantage pour l’année prochaine. »

Enfin, du côté de la plage de Stella, la plus grosse intervention fut celle qui a permis de sauver de la noyade un ressortissant polonais. Pour l’ensemble de la saison, les deux CRS du poste de secours ont dressé vingt procès-verbaux (stationnement, non-respect des arrêtés municipaux et alcool) et six procès pour des avions qui volaient trop bas. Les huit maîtres-nageurs civils et le secouriste ont quant à eux, en plus de la surveillance de la baignade, dû soigner des malaises et des petits bobos.

La saison estivale se termine sans trop de heurts. Avec la forte affluence, les CRS Grégory Marcaux, chef de poste et Guillaume Pollet, son adjoint, ont vite découvert leurs limites. « Deux CRS ce n’est pas assez !, soutient Grégory Marcaux. Il faudrait vraiment que l’on ait d’avantage de soutien, notamment quand l’un d’entre nous est en repos et que l’autre se retrouve seul chef de poste à devoir tout gérer. » La municipalité abonde dans ce sens et envisage de demander cinq CRS l’été prochain. On fera les comptes le moment venu.

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *