Steenvoorde : à vendre, gendarmerie, état neuf, entièrement équipée

La caserne de la communauté de brigades de gendarmerie de Steenvoorde-Cassel sera vendue aux enchères au tribunal de Dunkerque le vendredi 1er avril. Ce n’est pas un poisson d’avril, c’est pour rembourser un prêt contracté par la SCI qui l’a construite et qui la loue à la gendarmerie.


La caserne de la gendarmerie de Steenvoorde avait été inaugurée le 1
er
 octobre 2010. Elle est à vendre...

La caserne de la gendarmerie de Steenvoorde avait été inaugurée le 1 er octobre 2010. Elle est à vendre…

Entre incompréhension, incrédulité et sourires amusés, les réactions ne manquent pas quand on évoque la vente aux enchères qui se déroulera le vendredi 1er avril au tribunal de Dunkerque : la caserne de la gendarmerie y sera mise à prix 50 000 €. Cette vente publique a été annoncée dans les publications légales de notre journal (en page 21 samedi).

Me Jean-Claude Carlier, avocat à Dunkerque, est chargé de cette vente à la demande du Crédit Agricole Nord de France. En clair, il s’agit pour la banque de récupérer de l’argent par cette vente pour un prêt qui n’a pas été payé. Pas par la gendarmerie, qu’on se rassure. L’État n’a pas été déclaré en cessation de paiement.

La pratique est peu connue mais courante, nous dit-on : plutôt que d’être propriétaire de ses locaux, la gendarmerie préfère les louer, ce qui simplifie pour elle les choses si elle doit partir en cas de redécoupage ou de modification de ses circonscriptions.

Mise à prix fixée à 50 000 €

C’est une société civile immobilière (SCI) qui avait été chargée de réaliser les nouveaux locaux de Steenvoorde, inaugurés en octobre 2010, et qu’elle loue depuis à la gendarmerie en vertu d’un bail qui court depuis le 15 juillet 2009. La SCI du Moulin du Steenmeulen est actuellement le propriétaire du casernement comprenant les bureaux et les logements des gendarmes à Steenvoorde.

Pour les réaliser, elle avait souscrit un prêt auprès du Crédit Agricole Nord de France. Seulement voilà, explique-t-on au service communication de la banque, les échéances du prêt ont cessé d’être payées par la SCI. Après, « c’est la procédure normale comme pour n’importe quel débiteur », poursuit la banque. Elle a entamé les démarches pour faire vendre aux enchères le bien afin d’essayer de récupérer son argent, autant que faire se peut. C’est Me Jean-Claude Carlier, avocat à Dunkerque, qui est chargé par la banque de procéder à la vente aux enchères publiques.

Si la mise à prix est fixée à 50 000 €, il ne faut pas être grand clerc pour prédire que le produit final sera bien supérieur. Quant aux gendarmes, protégés par leur bail de location, ils ne risqueront pas de se faire expulser par le nouveau propriétaire.

Un associé déjà connu localement

Nous n’avons pas réussi à joindre Laurent Delplanque, cogérant de la SCI du Moulin du Steenmeulen, qui est l’interlocuteur connu de la gendarmerie pour tout ce qui concerne le propriétaire de la caserne steenvoordoise. Son cogérant à la tête de cette SCI n’est autre que Didier Destombes, tous deux ayant en commun un ré seau de plusieurs sociétés.

Didier Destombes est notamment aussi le gérant d’une société Prodimmo, basée à Wambrechies, qui vient d’être placée en liquidation judiciaire au début du mois par le tribunal de commerce de Lille.

Il avait été question de Didier Destombes dans un article paru dans nos colonnes à la mi-novembre concernant le lotissement où se situe la gendarmerie de Steenvoorde. Plus précisément à propos de réclamations de riverains de l’allée des Tilleuls qui était toujours privée d’éclairage et de voirie depuis plus d’un an.

Le lotisseur et la mairie avaient alors assuré que les travaux n’allaient plus tarder. Ce lotisseur était l’entreprise Destombes, qui avait réalisé la majeure partie du lotissement de l’allée des Tilleuls. Didier Destombes expliquait alors : « On devait attendre que la Maison flamande termine son chantier de trois logements dans la rue. Ils ont début avec sept ou huit mois de retard. » La Maison flamande, elle, affirmait avoir livré les logements 23 jours avant la date prévue à ses locataires…

En novembre, la mairie et le lotisseur assuraient que les travaux seraient achevés pour début janvier. Hier encore, seule une infime partie avait été réalisée et l’allée des Tilleuls n’avait toujours ni trottoirs ni éclairage public…

Source : La Voix du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.