Sous Emmanuel Macron, la police nationale est devenue un paillasson sur lequel tout le monde peut s’essuyer les pieds..

violences-policic3a8res-castaner-macron

Le chef de l’Etat a déclaré attendre des policiers et des gendarmes la plus grande déontologie et a chargé Christophe Castaner de faire des propositions très concrètes.

Quid de la déontologie de nos politiciens français dont beaucoup sont dans le viseur de la justice ? Christophe Castaner est-il le réellement le mieux placé pour faire des propositions en matière de déontologie alors que l’ONU réclame une enquête pour usage excessif de la force contre les Gilets jaunes ?

Le 16 octobre 2001 au Plessis-Trévise, Jean-Claude Bonnal dit « le chinois » avait abattu deux policiers et gravement blessé un troisième. Cette affaire avait légitimement déclenché des manifestations massives de policiers. Le mot d’ordre était « plus jamais ça ».

Dix-huit ans plus tard, des crevures roulent volontairement avec un fourgon sur la tête d’un collègue et le tuent.. Les réactions ? Deux lignes dans la presse.. Aucun hommage national rendu pour le collègue tombé au champ d’honneur et silence radio du côté des policiers et de leurs merveilleux syndicats.. Tuer un flic est devenu banal..

En ce moment, ce qui préoccupe tout le monde, c’est une affaire de croche-pied d’un policier à une manifestante. Si ce geste est évidemment critiquable, cela reste du niveau d’une cour de maternelle.

Des violences individuelles selon le gouvernement.. En clair, l’exécutif n’est pas responsable.. Pourtant, c’est bien la Macronie qui a ordonné aux policiers de faire usage des LBD40 et des GLI F4 contre les manifestants.. C’est bien l’exécutif qui traite les manifestants de preneurs d’otages lorsqu’il ne les compare pas aux Talibans..

Le gouvernement laisse faire les Black Blocs.. Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Linda Kebbab elle-même.. A qui profite le crime ?

Faire monter la mayonnaise entre forces de l’ordre et manifestants, c’est tout un art.. Celui de la politique.. Et lorsqu’il y a de présumées bavures, ce n’est pas la faute de la Macronie, il s’agit de violences individuelles de la part de vilains policiers..

Que politiciens, médias et associations continuent à s’essuyer leurs Bertulti sur nos gueules.. Apparemment, c’est pour cela qu’on nous paye..

Source : France Police

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.