Seine-et-Marne. Mortcerf : le lieutenant Jean-Noël Panis prend la tête de la gendarmerie

Arrivé à la tête de la caserne de Mortcerf le 1er août, le lieutenant Jean-Noël Panis a officiellement pris son commandement lors de la cérémonie du vendredi 14 décembre.

25590-181227165041886-0La prise de commandement du lieutenant Jean-Noël Panis dans la cour de la caserne.

Le lieutenant Jean-Noël Panis est officier de la gendarmerie depuis 1997. Depuis le 1er août, il est à la tête de la brigade de Mortcerf.

Sa prise de commandement officielle s’est déroulée vendredi 14 décembre.

Initialement prévue sur le parvis de la mairie, la cérémonie a finalement eu lieu à la caserne, en raison du plan vigipirate renforcé suite à l’attentat de Strasbourg du 11 décembre.

Dans la gendarmerie depuis 21 ans

Originaire de Toulouse, Jean-Noël Panis a fait le choix de la Brie pour les quatre prochaines années.

« Et la qualité de son engagement est à souligner », précise Sébastien Jouglar, commandant de la compagnie de gendarmerie de Coulommiers.

Après sa sortie de l’école de gendarmerie de Chaumont en 1997, il commence sa carrière dans la gendarmerie mobile dans le Cher, où il passera sept ans, avant de s’orienter dans la gendarmerie départementale pendant 14 ans.

Il passe ainsi par l’escadron de Saint-Amand-Montrond, puis par la brigade territoriale du Loiret, par le peloton d’autoroute, par la brigade territoriale de Château-Renault, et enfin, dans le Loir-et-Cher où il passe le concours.

À désormais 45 ans, il s’est donc installé en Ile-de-France, à Mortcerf, « car il s’agit d’une brigade autonome. Je voulais découvrir la région, mais dans un secteur plutôt rural », explique le lieutenant.

« Mettre du bleu partout »

Pour les quatre ans à venir, la priorité de Jean-Noël Panis est de « mettre du bleu partout, prendre de la place dans le paysage. C’est bien beau d’élucider des méfaits, mais il faut aussi et surtout les éviter, éviter qu’il y ait des victimes, en dissuadant… »

Depuis son arrivée, quelques changements ont déjà été opérés en ce sens au sein de la brigade.

Deux groupes sont opérationnels : une équipe de prévention en charge d’assurer la sécurité, et une équipe pour le côté judiciaire à savoir les procédures et investigations de fond.

En charge de sécuriser 14 communes

Les 25 militaires de la brigade sont en charge de la sécurité de quatorze communes, représentant un secteur de 160 ha : Mortcerf, Faremoutiers, Crèvecoeur-en-Brie, Marles-en-Brie, La Houssaye-en-Brie, Neufmoutiers-en-Brie, Les Chapelles-Bourbon, Hautefeuille, La Celle-sur-Morin, Guérard, Tigeaux, Dammartin-sur-Tigeaux, Villeneuve-le-Comte et Villeneuve-Saint-Denis.

Ils sont également actifs sur une partie de l’autoroute A4, de la nationale 3, mais également de la nationale 36, de la départementale 231, ou encore de la ligne P.

La gendarmerie a donc environ 17 000 habitants sous sa responsabilité, dans une zone dite « très urbanisée, où police municipale et vidéoprotection apportent un soutien considérable », souligne Sébastien Jouglar.

En moyenne, elle réalise environ 1 200 interventions par an, « soit environ 3,5 par jour », précise le lieutenant Jean-Noël Panis.

En grande partie sur des contrôles de flux de circulation, cambriolages et vols d’automobile.

L’an prochain, sept militaires viendront renforcer les rangs.

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.