Saint-Nazaire. Le gendarme adjoint en congé a repris son arme la veille

La jeune étudiante blessée jeudi dans son appartement avenue de la République est toujours hospitalisée.

La jeune étudiante blessée jeudi dans son appartement avenue de la République est toujours hospitalisée. | Ouest-France

Les circonstances du drame passionnel, dans lequel un jeune gendarme est décédé et une étudiante a été grièvement blessée à Saint-Nazaire, comportent des zones d’ombre.

L’utilisation de l’arme de service par les gendarmes comme par les policiers est soumise à des règles claires. Au-delà de 48 heures de permission, le gendarme doit déposer son arme dans une armoire sécurisée avec un code. Pour les gendarmes-adjoints, ils ne peuvent réglementairement la reprendre qu’avec la consignation d’un sous-officier.

Dans le drame de Saint-Nazaire, il apparaît que le jeune gendarme du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de La Roche-sur-Yon, originaire de Cholet, s’est joué de la surveillance de cette armoire pour aller « voler » en quelque sorte son arme. « Il a été vu dans les locaux la veille du drame », confirme la procureure de Saint-Nazaire.

Cette dernière avait indiqué la semaine dernière qu’une hypothèse corroborée « par un SMS du jeune militaire laissait penser qu’il allait mettre fin à ses jours ». Une hypothèse qui n’est pas encore confirmée par les éléments de police scientifique.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.