Sa BMW de 360 CV s’encastre dans la voiture des gendarmes à Villefontaine

le-21-mai-au-volant-de-sa-bmw-alpina-il-a-accumule-les-conduites-a-risque-1527715953Le 21 mai, au volant de sa BMW Alpina, il a accumulé les conduites à risque.

« La suite ? Je la vois à pied pour le moment. » Christophe Rodrigues devra cependant patienter, car il va tout d’abord passer par la case prison. Hier, ce trentenaire de La Verpillière a été déféré au tribunal de Vienne pour une série de délits routiers : conduite sous l’emprise de stupéfiants en récidive, vitesse excessive et mise en danger d’autrui.

Ce 21 mai, au volant de sa BMW Alpina, il accumule les conduites à risque. Et les conséquences auraient pu être bien plus dramatiques. Alors que les policiers, puis les gendarmes de Villefontaine interviennent pour un accident sur la RD 1006, une BMW surgit et vient s’encastrer dans le coffre de la Ford Focus des gendarmes, malgré ses gyrophares actionnés pour prévenir les automobilistes. Celle-ci sera projetée six mètres en avant.

« Vous ne regardiez pas la route, c’est une évidence. Et la gendarme qui régulait la circulation, elle a tout juste eu le temps de s’écarter de votre trajectoire », constate Mme Gay, présidente du tribunal. « Je venais de recevoir un message sur mon téléphone, pour me dire que j’avais été escroqué ! », tente le prévenu. Avant de se raviser : « Je n’ai aucune excuse, j’aurais dû être attentif à la route. »

L’enquête a également démontré que le trentenaire roulait sous l’emprise du cannabis et de la cocaïne. « Je ne consomme rien, je suis victime d’une imprégnation passive. Moi, je ne touche pas à ça », explique le prévenu, tout en assurant avoir été drogué à son insu, lors d’une fête avec des amis, la veille au soir.

Ses explications peinent à convaincre le tribunal. Avec cinq condamnations à son casier, ce père de famille a surtout fait l’objet de récents avertissements pour des délits routiers : en février, puis en mars.

« Avec 360 CV sous le capot de sa BMW, il s’est laissé emporter par sa voiture », plaide son conseiller, Maître Maréchal. Et alors que le ministère public réclame de la prison ferme, le prévenu lance en forme de conclusion : « Je préfère servir la société qu’être une charge ! »

Peine perdue : Christophe Rodrigues a été condamné à huit mois de prison ferme. Et conduit dans la foulée à la prison de Saint-Quentin-Fallavier.

Source : Le Dauphiné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.