[Roose] Les soignants non-vaccinés, coupables idéaux de la destruction organisée de l’hôpital public ?

Le 15 septembre, les soignants non-vaccinés par crainte des effets indésirables ne pourront plus travailler, provoquant d’inquiétantes pénuries dans les hôpitaux. L’exécutif a trouvé le coupable idéal à l’accélération de la destruction de l’hôpital public, analyse notre chroniqueur Grégory Roose.

Les soignants non-vaccinés le 15 septembre pourraient être licenciés. (illustration). Photo ©UGO AMEZ/SIPA

Au pays de la liberté de conscience, la vaccination obligatoire de tous les soignants est vécue par les intéressés comme un dernier coup de poignard dans le dos des héros de la première vague. Souvenez-vous de ces infirmières, médecins, brancardiers, personnels d’EHPAD qui ont combattu en première ligne contre un virus inconnu, prenant des risques pour leur santé et celle de leur famille. Combien d’entre eux, d’abord applaudis par des confinés, sont aujourd’hui conspués par des cons finis ? D’aucuns osent, sans peur du ridicule, dénoncer le prétendu égoïsme de ceux qui consacrent leur vie à soigner celle des autres, arguant qu’ils doivent se faire vacciner pour les protéger. Ineptie. Jamais, dans l’histoire de l’Humanité, un vaccin n’avait été inoculé de force à un groupe d’individus pour protéger la vie des autres, potentiellement aux dépens des vaccinés. La balance bénéfice risque de la vaccination contre le Covid, très excédentaire pour les personnes âgées et/ou présentant des facteurs de comorbidités, s’inverse diamétralement pour les plus jeunes, en pleine santé, pour qui le vaccin est davantage une menace potentiellement mortelle qu’un moyen de protection contre un virus inopérant sur eux. En France, on ne compte plus les témoignages de jeunes personnes atteintes, parfois mortellement, de thromboses veineuses quelques jours après l’injection d’une dose de vaccin contre le Covid-19. Mais aucune étude officielle n’est disponible sur un problème de santé publique potentiellement explosif pour l’exécutif. Pour être confronté à…

Lire la suite : Valeurs actuelles

Répondre à Marion Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.