Rixe avec la police : l’officier de Sentinelle sera jugé

Le militaire de l’opération Sentinelle qui a eu une altercation avec des policiers alors qu’il effectuait son jogging à Nancy, a été convoqué devant le tribunal. Il sera jugé en février 2020 pour violence et rébellion. En attendant, il est sorti libre de garde à vue.

depuis-les-attentats-de-2015-les-militaires-de-l-operation-sentinelle-collaborent-avec-la-police-pour-effectuer-des-patrouilles-photo-er-alexandre-marchi-1559321690Depuis les attentats de 2015, les militaires de l’opération Sentinelle collaborent avec la police pour effectuer des patrouilles.  Photo ER /Alexandre MARCHI

L’officier de l’armée qui s’est battu ce jeudi à Nancy avec des policiers , finira devant le tribunal correctionnel. Il a toutefois encore le temps de se préparer à son procès.

La justice pénale est en effet submergé de dossiers et embourbée dans d’importants retards à Nancy. Conséquence : le soldat sera jugé  le 28 février 2020.

Il devra répondre de violences sur personnes dépositaire de l’autorité publique et rébellion. Le soldat qui est lieutenant et responsable de l’opération de surveillance Sentinelle sur Nancy, était en train de faire son jogging jeudi matin lorsqu’il est passé devant une policière qui utilisait son portable.

« Pas de téléphone en service », a-t-il cru bon de lui lancer. Avant de continuer sa course et de traverser la rue alors que le feu pour piéton était rouge.

Piqués au vif, la policière et ses collègues l’ont rattrapé pour le contrôler et le verbaliser. Mais l’échange a tourné à l’affrontement.

L’officier de l’armée a refusé de fournir une pièce d’identité. Puis il a repoussé les policiers. Ce qui a débouché sur un véritable pugilat. Toute la scène a été filmée par une caméra de la police.

Au terme de la bagarre, le militaire a été, non sans mal, embarqué et placé en garde. A l’issue de ses auditions, il a pu retrouver la liberté.

Source : L’Est Républicain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.