Risque de pillage des habitations abandonnées, la gendarmerie nationale ouvre l’oeil

Plusieurs centaines de personnes n’ont plus accès à leur domicile depuis lundi pour certains. Ils ont parfois dû tout laisser sur place de quoi attiser les convoitises. Alors la gendarmerie nationale patrouille.

La gendarmerie nationale a mis en place des patrouilles de surveillance dans les zones inondées pour parer au risque de pillages des habitations abandonnées par les sinistrées.La gendarmerie nationale a mis en place des patrouilles de surveillance dans les zones inondées pour parer au risque de pillages des habitations abandonnées par les sinistrées.

La gendarmerie nationale a mis en place une surveillance active sur terre et dans les airs des habitations et entreprises situées en zone inondée pour prévenir les risques de pillages. Car les difficultés de circulations ne font pas peur aux malfaiteurs.

Cela fait 4 ou 5 jours pour certaines victimes des inondations, qu’elles n’ont pas pu regagner leur domicile. Ghislaine Poisier par exemple, fait patrie des premières personnes de Dordives, une commune de l’Est du Loiret à avoir été évacuées. Impossible pour elle de regagner sa maison, la route est toujours inacessible.

Il n’a fallu que 5 minutes pour que l’eau soit partout, depuis on est chez des amis. Pour rentrer chez moi, il faudrait un bateau!

Et comme Ghilaine, plusieurs centaines de personnes se retrouvent dans le même cas.

Dominique Dussoulier, lui, gère une entreprise de maçonnerie. Il possède 1000 m² d’entrepot difficile à protéger.

Il n’y a plus personne sur le site, nous fermons aussi bien que nous le pouvons, mais le soir tout est laissé en libre accès. Laisser tout notre matériel à disposition nous inquiète. C’est rassurant de savoir que la gendarmerie veille.

Dans cette partie de l’est du Loiret, les communes alentours ont été particulièreemnt touchées par les intempéries. Les gendarmes doivent donc s’adapter pour couvrir au mieux le secteur. Et quand les rues deviennent impratiquables pour les véhicules, la survaillance des habitations se poursuit dans les airs par hélico, ou par bateau par la brigade fluviale.

Risque de pillage des habitations abandonnées, la gendarmerie nationale ouvre l’oeil

Risque de pillage des habitations abandonnées, la gendarmerie nationale ouvre l’oeil

Plusieurs centaines de personnes n’ont plus accès à leur domicile depuis lundi pour certains. En raison des innondations, ils ont parfois dû tout laisser sur place de quoi attiser les convoitises. La gendarmerie nationale a donc mis en place une surveillance active sur terre et dans les airs des habitations et entreprises situées en zone inondée.  –  France 3 Centre-VDL  –  Fabienne Marcel et Isabelle Racine

Source : FR3 Val de Loire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.