Rettel : la participation citoyenne gagne du terrain

Le maire de Rettel Rémi Schwenck a signé le protocole lançant le dispositif de participation citoyenne avec le sous-préfet Thierry Bonnet et le commandant de gendarmerie Hugo Dorlin.  Photo Armand FLOHR. Le maire de Rettel Rémi Schwenck a signé le protocole lançant le dispositif de participation citoyenne avec le sous-préfet Thierry Bonnet et le commandant de gendarmerie Hugo Dorlin. Photo Armand FLOHR.

Interpellé à maintes reprises par ses administrés pour des faits d’incivilités, de délinquance et d’infractions routières, le maire de Rettel a tenu à prendre les choses en mains. Au cours de l’été, il s’est rapproché du colonel Bardy pour en savoir plus sur le dispositif participation citoyenne. Séduit par le concept, il en a informé son conseil municipal qui a validé à l’unanimité la mise en place dans la commune. La semaine dernière, une réunion publique a permis de présenter la démarche aux habitants qui ont adhéré au projet. Cinq référents de quartier se sont d’ailleurs fait connaître. Les choses ont été officialisées mardi en présence de Thierry Bonnet, sous-préfet de l’arrondissement de Thionville, et Hugo Dorlin, le commandant de la compagnie de gendarmerie de Thionville.

Les dispositifs

Depuis des mois, les panneaux avec un œil fleurissent à l’entrée des villages. Il s’agit des Voisins vigilants. « Nous avons créé en 2002 ce dispositif, au départ associatif , détaille Thierry Chicha. Avec Sébastien Arabasz, nous nous sommes inspirés du concept américain “neighborhood watch”. Ça s’est développé lentement jusqu’en 2012. Depuis c’est l’explosion et nous sommes devenues une société. Nous sommes basés à Marseille. »

En parallèle, la gendarmerie propose la participation citoyenne, instaurée pour la première fois en 2006, puis le 22 juin 2011, une circulaire a été émise par le Ministère de l’Intérieur. Contrairement aux Voisins vigilants, la participation citoyenne est gratuite.

Chaque habitant est invité à ouvrir l’œil et à informer le maire ou les référents s’il constate des agissements suspects. Il peut également, en fonction de l’urgence, alerter directement la gendarmerie.

Ses objectifs

« Nous souhaitons que les habitants se sentent en sécurité dans le village , a précisé le maire de Rettel. La sécurité c’est l’affaire de tous. » Le sous-préfet a rappelé que « La sécurité est la première des libertés. Si on laisse faire on arrive rapidement à des choses intolérables. Pour que le travail de la gendarmerie soit efficace, l’appui de la population est indispensable. » Hugo Dorlin a affirmé que le dispositif « a son utilité. C’est de la prévention mais aussi de la dissuasion ».

Qui peut y souscrire ?

Toutes les communes peuvent y souscrire. « Il faut que le maire prenne attache avec sa brigade de gendarmerie , a encouragé le major Zipp. Ensuite nous organisons une réunion publique et on concrétise la mise en place par la signature du protocole avec l’État. » Fontoy, Escherange et Volmerange-les-Mines se sont lancées. « D’autres devraient suivre », a ajouté le commandant Dorlin. « J’aimerais que Rettel soit copiée , a avoué Rémi Schwenck. J’en ai parlé autour de moi. Je pense que la participation citoyenne peut améliorer la vie des habitants mais aussi contribuer à tisser des liens. Nous ne demandons pas à nos administrés de jouer au shérif mais juste d’être vigilants et d’adopter de bons réflexes. » Prochainement des panneaux seront installés à l’entrée de la commune de Rettel pour annoncer la couleur.

À noter que certaines communes ont opté pour la participation citoyenne et les Voisins vigilants. « Les deux ne sont pas incompatible s », a encouragé Hugo Dorlin.

Pour plus de sécurité et pour se sentir bien chez soi, autant ne pas lésiner sur les moyens…

Source : Le Républicain Lorrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *