Reconfinement : ces maires qui bravent l’interdiction de fermeture des commerces

La fronde des élus locaux s’étend partout en France pour contester la fermeture des petits commerces “non-essentiels”, décidée en raison du reconfinement. Depuis vendredi, de nombreux maires signent des arrêtés (illégaux) autorisant la réouverture des commerces non-alimentaires en centre-ville.

870x489_maxnewsworldfive291416

Face au deuxième confinement mis en place ce vendredi, de nombreux maires ont pris un arrêté pour protéger leurs commerces non-alimentaires de proximité © Maxppp – Stéphanie Para

Valence, Yssingeaux, Perpignan, Béziers… La liste s’allonge rapidement, heure par heure ce samedi, des maires ayant décidé de tenir tête au gouvernement. Depuis vendredi, premier jour du reconfinement, de plus en plus d’élus locaux signent en effet des arrêtés autorisant les commerces non-alimentaires ou “non-essentiels” à rester ouverts dans leurs communes. Ces arrêtés sont immédiatement déclarés illégaux par les préfectures, mais le bras de fer s’annonce tendu entre les maires et le gouvernement.

Concurrence déloyale et mort des centres-villes

L’un des premiers à avoir ouvert la fronde, c’est François Boucher, le maire LR de Migennes, une petite commune de près de 7.000 habitants dans l’Yonne. Jeudi, il a signé un arrêté municipal pour autoriser l’ouverture des commerces non-alimentaires jusqu’à ce que _”_jusqu’à ce que soit rétablie l’égalité de traitement […] entre les grandes surfaces extérieures à la ville” qui peuvent encore tout vendre et les petits commerces de centre-ville qui risquent la fermeture face à cette “concurrence déloyale”.

Grève de la faim et pétitions

Ces arguments ont été repris par d’autres maires depuis, mais aussi par d’autres élus, comme en Mayenne où les élus du Département ont écrit au gouvernement pour “exiger la réouverture des commerces de proximité”. Même chose dans le Loiret ou encore dans le Doubs, où les maires interpellent également le gouvernement. Dans l’Yonne encore, la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) a lancé une pétition demander “la réouverture des commerces de proximité”. En Vendée, le sénateur vendéen Les Républicains, Bruno Retailleau, a, pour sa part, de lancer une pétition pour l’ouverture des commerces de proximité.

Dans le Haut-Rhin enfin, une commerçante a entamé une grève de la faim pour dénoncer l’injustice du reconfinement vis-à-vis des petits commerces.

Vendredi déjà, le gouvernement avait cédé face à la polémique en annonçant la fermeture des rayons livres et culture des grandes surfaces alimentaires et spécialisées par “souci d’équité entre grandes surfaces et les librairies indépendantes“.

France Bleu dresse la liste des communes où les maires et les élus locaux protestent contre ses fermetures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *