Rabastens. Convoqué à la gendarmerie, il arrive ivre

Ah, il l’aime sa voiture, au point de ne pouvoir s’en séparer. Remarquez, les gendarmes de Rabastens qui l’avaient contrôlé samedi après-midi à Couffouleux ne lui demandaient pas de s’en séparer. Juste de la laisser au garage, le temps que la justice statue sur son cas. Un cas désespérant que celui de ce Rabastinois de 43 ans? En tout cas, il a fait se quiller les cheveux sur la tête des gendarmes qui l’avaient convoqué hier après-midi à la brigade. Son écart de conduite du week-end (un taux d’alcoolémie de 1,32 mg par litre d’air expiré, ce qui correspond à 2,64 g d’alcool dans le sang) lui avait valu une suspension sur-le-champ du permis et une immobilisation du véhicule. En toute logique, il aurait donc dû se faire accompagner ou se rendre sagement à la gendarmerie en vélo ou à pied. C’est peu de dire que les militaires ont été surpris de le voir arriver, hier à 15h10, au volant de sa voiture. Le non-respect d’une mesure d’immobilisation est une chose… la conduite malgré suspension du permis est déjà plus embêtante aux yeux de la justice. Mais quand en plus on se présente à la gendarmerie dans un état d’ivresse manifeste, c’est le pompon! Une imprégnation alcoolique mesurée à 1,28 mg par l’éthylomètre… à peine moins que samedi, mais bien trop au regard de la loi. Evidemment, les gendarmes de Rabastens ont gardé le quadragénaire pour la nuit, en cellule de dégrisement puis en garde à vue. Le procureur d’Albi a été avisé de cette rechute et prendra une décision aujourd’hui sur le suites à donner.

 

Source : La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *