Quels futurs véhicules pour la Gendarmerie ?

Vous la croiserez probablement cet été sur l’autoroute des vacances. Et bien qu’elle soit la bête noires des usagers un peu trop pressés, force est de constater que la Renault Mégane RS de la Gendarmerie Nationale s’est finalement attirée une certaine sympathie, parmi les paniers à salade, plus placides, qui officient au sein de l’armada militaire. Officiellement, depuis quelques années, l’Etat français a annoncé la réorganisation, pour ne pas dire dissolution, des BRI (Brigades Rapides d’Intervention), par mesure d’économies. Officieusement, on constate une baisse des infractions qui pousse tout doucement les VRI (Véhicules Rapides d’Intervention) vers la retraite. Malgré tout, on imagine difficilement une disparition totale de cette brigade à fort impact psychologique sur les usagers de la route, et vecteur de communication pour la Gendarmerie.

C’est pourquoi nous nous sommes pris au jeu en imaginant quels modèles seraient susceptibles de remplacer la veilliassante Renault Mégane RS qui écume encore certaines autoroutes françaises. A commencer par la future Renault Mégane 4 RS, qui devrait être dévoilée en octobre prochain, au Mondial de l’Automobile deParis. Elle pourrait s’avérer être un outil encore plus redoutable que l’actuelle pour deux raisons essentielles. Tout d’abord, sa puissance accrue, puisqu’elle devrait hériter du moteur de la future Alpine AS1. Il s’agirait, selon nos informations, d’un 1.8 extrapolé de l’actuel 1.6, après réalésage, dont 300 ch seraient tirés. Ensuite, par ce que cette nouvelle Renault Mégane 4 RS disposera d’une unique carrosserie 5 portes, bien plus pratique pour les forces de l’ordre. Hé oui, fini le Coupé Mégane RS. Renault n’ a pas jugé rentable sa reconduction. De notre avis, elle serait la plus légitime à enfiler l’uniforme bleu.

Mais il est permis de rêver. Et pourquoi pas imaginer l’introduction de la future Alpine au sein de cette brigade, comme ce fut le cas dans la années 70, lorsque la Gendarmerie utilisait le modèle A310, après avoir testé l’A110 en vain, dans les années 60. Avouez que cela aurait de l’allure. Suggérons au Groupe Renault d’offrir un futur modèle AS1 à l’une des brigades autoroutières, pour le clin d’oeil. Mais si celle-ci devait s’avérer peu pratique, du point de vue des forces de l’ordre, le futur SUV Alpine ferait probablement la joie de nos hommes en bleu. Sorte de Porsche Macan à la française, il disposera assurément des 5 portes indispensables à la fonction. Mais il faudra patienter au moins jusqu’en 2018 pour espérer le voir débouler, sirènes hurlantes, dans nos rétroviseurs.

Autre piste, un peu plus folle, le Coupé DS E-Tense 100% électrique de la marque premium française. Imaginez un couple de 516 Nm envoyé aux roues arrières et une puissance de 402 chevaux. Ce sont les valeurs qu’annonçaient ses créateurs lors de sa révélation au Salon de Genève 2016. Mais son autonomie de 310 km (à allure mesurée) fondrait comme neige au soleil à un rythme beaucoup plus élevé. Difficile de rivaliser face à un Porsche Cayenne Diesel en plein Go Fast !

Beaucoup plus terre à terre, la Ford Focus RS et ses 350 ch. Très efficace avec ses 4 roues motrices, elle s’attirerait probablement les faveurs de la Gendarmerie. Il s’agit du seul modèles étranger de notre sujet, mais il n’est pas exclue que l’Etat français fasse appel à ce constructeur, déjà plébiscité pour les brigades douanières. Et rappelons qu’un modèle « exotique » avait déjà été utilisé par la BRI : la Subaru Impreza WRX. Dernier atout de la Focus RS : ses 5 portes.

Peugeot tiendrait aussi la corde pour pourchasser les brigands. Le break 308 GT serait un parfait allié, mais elle devrait embarquer le moteur de la version GTi pour espérer les rattraper. Soyons fous, et pourquoi pas opter pour la 308 R-Hybrid qui délivre jusqu’à 500 ch, si celle-ci venait à être commercialiser. Mais il y a peu de chance pour qu’elle soit déclinée en break. Enfin, le nouveau SUV 3008 GT, fort d’un bloc diesel de 180 ch n’aurait aucun mal à rattraper… d’autres SUV français ! Une bonne cure de chevaux serait alors à envisager.

Si la Gendarmerie Nationale venait à craquer pour la mode des SUV, Renault devrait alors développer un Kadjar RS. On sait que le département Renault-Sport souhaite élargir son champ d’action au sein de la gamme au losange. Tous les fantasmes sont donc permis, comme l’arrivée de modèles Scénic ou Talisman, à caractère sportif.

Même si chacun des automobilistes français espère ne jamais avoir affaire à elle, espérons que le futur top-model de la BRI aura « de la gueule », ne serait-ce que par fierté nationale. Messieurs les Gendarmes, vous avez à présent les cartes en mains pour lancer vos appels d’offres auprès aux constructeurs.

Source : auto-moto.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.