“Que fait dans l’Arme ce gendarme qui s’attaque au temps de travail?”

19-03-08-ascenseur-socialSous-officiers de la Gendarmerie dans la cour d’honneur des invalides (M.GUYOT/ESSOR)

Le combat d’un sous-officier pour la transposition de la directive européenne sur le temps de travail dans la Gendarmerie passe mal. Nos informations sur cette croisade juridique ont fait réagir, tant dans les commentaires sur internet que dans la maison Gendarmerie.

Deux officiers généraux, l’un en seconde section, l’autre d’active, se sont ainsi étranglés à la lecture de notre article. “Mais que fait-il dans l’Arme?”, s’interroge ainsi le général d’armée (2S) Jean-Régis Veschambre. L’officier général fait part à L’Essor de sa surprise: “Quelle légitimité détient ce gendarme pour mener ce combat?” questionne celui qui a fait office, pendant deux ans, de médiateur pour les gendarmes en tant qu’inspecteur général des armées – Gendarmerie (Igag) (2015-2017).

Lire aussi sur L’Essor: Un sous-officier s’attaque au temps de travail des gendarmes

Le temps de travail? “Pas de rapport avec le contrat signé”

“Je suis toujours surpris, poursuit-il, que des gendarmes transforment leur vie en un combat pour la conquête de droits qui n’ont pas de rapport avec le contrat qu’ils ont signé en s’engageant”. Le général Veschambre avance le “paradoxe” suivant, valable pour les gendarmes comme pour les policiers : “On leur a octroyé une progression de leurs rémunérations relativement importante alors que, dans le même temps, la disponibilité a considérablement diminué”.

L’officier général mentionne, en appui de son propos,  l’augmentation du temps de repos des gendarmes passé de 36 heures à 48 heures en 1981. De même, il rappelle le nouveau mode de calcul des 45 jours de permissions annuelles. Calculé d’abord sur sept jours en incluant le samedi et le dimanche, il se traduisant par 6,5 semaines de vacances. Calculé ensuite sur une semaine de cinq jours (hors samedi et dimanche), il a eu pour effet d’octroyer 9 semaines de vacances. L’ancien Igag prévient par ailleurs: “La diminution du temps de disponibilité des gendarmes est susceptible de faire baisser leur aguerrissement face….

Lire la suite : L’Essor.org

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.